Théâtre
Dracula mon histoire… vampirise le Théâtre de la Huchette

Dracula mon histoire… vampirise le Théâtre de la Huchette

11 avril 2012 | PAR Amelie Terranera

A y regarder de plus près (éloignez tout miroir capable de les offenser), les vampires trustent indéniablement l’actualité culturelle : la comédie musicale de Kamel Ouali, Dracula, l’amour plus fort que la mort part en tournée, la série The Vampire Diaries investit les chaînes françaises et la saga littéraire et cinématographique Twilight de Stephenie Meyer a rencontré le succès que l’on sait. Toutefois, c’est dans la petite salle du Théâtre de la Huchette, aux faux airs de crypte, que la lecture du mythe de Dracula se révèle actuellement la plus drôle. A l’aide d’une galerie de portraits d’outre-tombe et d’un humour anglo-saxon singulier, la « Trrransylvanie » s’invite au coeur du quartier latin.


Accueil blafard et musical de deux vampires. Étonnamment, lorsque l’un d’entre eux joue la mélodie d’ « Un jour mon prince viendra », le mythe du suceur de sang effrayant,  féroce  et érotique s’effondre. Il ne saurait s’agir du seigneur incontesté des catacombes, le comte Dracula, mais de ses deux assistants. Pour palier l’absence de leur maître et maintenir coûte que coûte la conférence sur l’état du vampirisme au 21ème siècle, que ce dernier devait assuré, les deux subalternes se lancent dans un concours d’improvisations. Rassurez-vous, Dracula mon histoire… n’a rien du séminaire qui vous plonge dans un sommeil de mort, il s’agit plutôt d’une pièce de cabaret aussi tordante que mordante.

 

Délire comique et sensuel


Les deux comédiens annoncent la couleur : ils égrènent, durant une heure, un chapelet  de comique burlesque, d’effets spéciaux gaguesques et autres numéros de mimes. Ces vampires assistants qui auraient voulu être acteurs tireront à boulets rouges (sang) sur leur concurrent. Un véritable duel de comédie s’instaure entre les deux personnages : qui aura l’honneur d’incarner le rôle de Dracula, l’icône absolu ?

Ce duo comique décalé, formé par Adriano Sinivia, que vous pouvez voir actuellement à l’affiche de Cloclo de Florent Emilio Siri et Bernard Gabay, qui prête sa voix à des acteurs tels que Daniel Day Lewis, Javier Bardem ou encore au personnage de Carlos dans la série à succès Desperate Housewives, vous fera oublier que vous étiez venu pour voir une nouvelle incarnation du grand et unique Dracula.

 

« Ce qui a guidé mon désir de mettre en scène cette pièce, c’est précisément que les auteurs de Dracula… mon Histoire, ont abordé ce mythe dans une forme élaborée au cours d’improvisations, lui donnant une qualité de construction rythmique d’une efficacité rare. », Nathalie Juvet, la metteur en scène

 

Si les deux acteurs usent et abusent du travestissement et du comique de répétition, l’adaptation française par Nathalie Juvet de Dracula mon histoire… d’Alan Committie et Gaetan Schmid se joue habilement des évènements contemporains qui auraient amusé les vampires ancestraux à l’instar des « Chrétiens fous du Théâtre de la ville et du Théâtre du Rond-Point », allusion explicite aux débordements entourant les représentations de Gólgota picnic et de Romeo Castellucci.

Aucune levée de boucliers à prévoir à l’encontre d’un Adriano Sinivia aussi malléable que clownesque et un Bernard Gabay au charme anglais irrésistible. La contribution du public sera le point culminant de la connivence entre le duo moliéresque et les spectateurs du Théâtre de la Huchette. Pas effrayés pour deux gousses d’ail, ces derniers auront plaisir à redécouvrir l’oeuvre de Bram Stoker.

Le mythe de Dracula n’a pas fini d’inspirer et c’est bien notre veine !

 

Visuel : affiche du spectacle, Théâtre de la Huchette / L’officiel des spectacles

The Suit : le beau costume de Peter Brook
Interview d’Ursula Meier, réalisatrice de L’enfant d’en haut
Amelie Terranera

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture