Théâtre

Des spectacles jeunes publics pour tous les spectateurs

Des spectacles jeunes publics pour tous les spectateurs

29 octobre 2011 | PAR Christophe Candoni

Parce que constituer le public de théâtre de demain, c’est le sensibiliser dès aujourd’hui aux arts vivants, les théâtres privés et subventionnés multiplient les propositions de spectacles destinés au jeune public.

« Créer, c’est toujours parler de l’enfance » disait Jean Genêt dont la phrase est reprise sur la brochure de saison du Théâtre de la ville. Car son équipe artistique et son directeur Emmanuel Demarcy-Mota défendent l’idée de la nécessité de travailler aussi pour les enfants et de faire du théâtre un « lieu ouvert à tous les vents de la jeunesse » en créant des liens avec l’enseignement notamment. C’est pourquoi, ils proposent cette année une programmation autonome constituée de 9 spectacles qui mêle avec inventivité et audace plusieurs formes artistiques dont le théâtre, la musique, la danse contemporaine et aussi l’art numérique réunissant des artistes de renom comme Jérôme Bel (Cédric Andrieux) et James Thierrée (avec la reprise exceptionnelle de Raoul, courrez-y!). « Il nous semble indispensable que nos théâtres offrent aux enfants et adolescents de quoi nourrir leur imaginaire, au travers de spectacles qui ne leur soient pas réservés mais destinés » affirme le metteur en scène. Depuis deux saisons, d’abord au 104 puis au Théâtre des Abbesses, sa troupe d’acteurs se produit dans deux spectacles écrits par Fabrice Melquiot : « Wanted Petula » et « Bouli année zéro ». Le succès ne se dément pas puisqu’ils sont repris tous les deux, le premier en décembre au Théâtre Montfort, le second pour les vacances de la Toussaint et en janvier. Cette ligne artistique ne cesse de progresser puisque le théâtre de la ville développe des liens avec d’autres salles parisiennes telles que le Centquatre, le Théâtre Monfort, Le Grand Parquet, la Gaîté lyrique.

La tendance aura également été une priorité de l’auteur et metteur en scène Olivier Py, l’actuel directeur du Théâtre de l’Odéon. Depuis 2006, il a notamment reçu les travaux que Joël Pommerat a réalisés à partir de textes liés à l’enfance : Pinocchio, Le Petit chaperon rouge et bientôt Cendrillon. Il s’est lui-même attaqué à monter trois contes méconnus des frères Grimm : La Vraie Fiancée, La Jeune Fille, le Diable et le Moulin et L’Eau de la vie. L’accessibilité au théâtre pour les jeunes aura été une de ses priorités dès le début de son mandat comme il l’avait déclaré à son arrivée : « L’Odéon est un théâtre national. Il n’y a pas suffisamment de spectacles pour enfants », « C’est notre mission de grand théâtre national. Il y a un enjeu de démocratisation culturelle qui passe par l’outil du théâtre jeune public. Les enfants sont une formidable passerelle pour toucher un public plus populaire ».

Outre l’accueil de nombreux scolaires qui découvrent les plus belles pièces du répertoire et d’aujourd’hui dans la salle Richelieu, La Comédie-Française s’est chargée depuis quelques années de proposer des spectacles pour enfants sur la petite scène du Studio Théâtre de Louvre. On se souvient du Loup avec Michel Vuillermoz, cette année Poil de Carotte est repris à côté de la création du Petit Prince de Saint-Exupéry (fin novembre) par Aurélien Recoing.

Du côté du théâtre privé, les grands classiques ont également la part belle avec la troupe de  l’Ecla théâtre qui propose depuis plus de vingt ans des mises en scène réjouissantes pour le jeune public des pièces de Molière dont en ce moment Le Médecin malgré lui (Théâtre du Gymnase, première le 24 octobre), des contes les plus célèbres parmi lesquels ceux Andersen, et même de l’opéra avec La Flûte enchantée de Mozart (Théâtre de la Porte Saint-Martin, première le 27 octobre).

La Comédie musicale prend le pas pour le plus grand plaisir des jeunes. A noter les succès de Peau d’âne au Théâtre de la Madeleine (depuis le 23 octobre), de la nouvelle version d’Aladin présentée aux Variétés jusqu’au 30 décembre, de Cendrillon au théâtre Mogador entre autres.

Toute la culture a sélectionné pour vous les activités et les spectacles pour enfants à ne pas rater pendant les vacances de la Toussaint, c’est ICI

 

Jeanne d’Arc admirablement mise en chair et en poésie par Laurent Fréchuret et Laurence Vielle
C’est l’hiver, mangez des glaces : gagnez des bons cadeaux Amorino !
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *