Théâtre

Denis Podalydès et Raphaël Gaillarde dédicacent leur livre Etranges animaux à la Comédie-Française

09 décembre 2010 | PAR Christophe Candoni

Denis Podalydès et Raphaël Gaillarde proposent une rencontre-dédicace autour de leur ouvrage « Etranges animaux » qui aura lieu ce soir, jeudi 9 décembre 2010, en début de soirée, de 18h30 à 20h, juste avant la représentation de la nouvelle production du « Fil à la patte » de Feydeau en salle Richelieu. Ce beau livre, préfacé par l’administrateur général Muriel Mayette, regroupe une soixantaine de photographies et de textes qui retracent les dix dernières saisons de la Comédie-Française et rend hommage à sa troupe d’acteurs. Rendez-vous à la Boutique-librairie du Français pour un levé de rideau sur la maison de Molière in et off.

Entré en 1997 et devenu sociétaire quelques années plus tard, Denis Podalydès a marqué l’histoire récente de l’institution dans de nombreux rôles de premier plan, du Révizor de Gogol à l’Harpagon de Molière en passant par le Menteur et Matamore. Prolifique et doué, il est sans doute au sein de la Comédie-Française l’acteur qui jouit de la plus grande popularité auprès d’un large public. La célébrité se fait plus discrète pour de nombreux comédiens de la maison, tout aussi talentueux mais accaparés par la vie trépidante de la ruche et par conséquent peu disponibles pour le cinéma à quelques exceptions près. C’est le principe du Simul et Singulis, la devise de la troupe, sous-titre et fil conducteur du livre. « Ensemble et soi-même », jolie formule quand le Simul ne l’emporte pas trop sur le Singulis. Le livre répare cette injustice en les mettant à honneur les artistes.

 

C’est un voyage dans la vie quotidienne du théâtre que nous proposent les deux auteurs du livre paru chez Actes Sud. En scène, sous les projecteurs et dans l’ombre des coulisses, au foyer, lieu de l’attente et du trac quand tout reste à advenir, lieu de concentration, forcément, mais aussi de détente complice, de conversations et d’amusements. Le photographe Raphaël Gaillarde s’y est promené pendant une dizaine d’années, pour saisir des instants, capter des visages, des portraits magnifiques, d’acteurs grimés, passant d’un rôle à l’autre, les traits encore perceptibles tout en étant déjà quelqu’un d’autre. Il montre des moments de jeu, en spectacle ou en répétitions, et réussit à faire de « l’en-dehors du plateau » un deuxième théâtre en le rendant visible, en le mettant en scène. Les textes de Podalydès qui accompagnent les photographies décrivent la vie grouillante, l’activité incessante dans la maison, la camaraderie et l’amitié inhérentes à la vie de troupe mais aussi la rigidité de ses règles et de son mode de fonctionnement. On saisit l’exigence et l’humilité que requiert le parcours des acteurs qui ne sont pas maîtres de leur carrière mais au service du collectif. Il évoque aussi dans un texte le départ brutal de Catherine Hiegel renvoyée par ses collègues.

 

Ainsi, le livre laisse une trace de la dernière décennie de la maison et en constitue la mémoire en célébrant les dernières grandes figures disparues comme Roger Mollien, Catherine Fersen, Madeleine Marion. Il rend hommage aux spectacles les plus mémorables parmi lesquels figure l’excellente mise en scène de Cyrano de Bergerac signée de l’auteur du livre. L’ensemble témoigne de l’abondance, de la diversité et de la vitalité du travail accompli, en partie grâce au principe de l’alternance, sur les plateaux d’un théâtre unique.

 

Podalydès, le regard bienveillant et la plume toujours belle et fine, trouve les mots justes et affectueux pour ses collègues et amis, décrit avec précision et passion la vie de la troupe, déclare son amour au théâtre et à la maison. En parcourant le livre, textes et images nous renvoient à de nombreux souvenirs de spectacles vus à la Comédie, des moments inoubliables ou pas. Ces pages ravivent les riches émotions qui y sont liées, l’enthousiasme ou la déception, la colère comme l’admiration pour nous raconter aussi notre propre histoire de spectateur.

 

 

« Etranges animaux » de Denis Podalydès et Raphaël Gaillarde, paru depuis septembre 2010 chez Actes Sud, 160 pages, 65 photographies couleur, ouvrage broché avec rabats, 29 euros.

 

Infos pratiques

A L’Odeon, la mise en scène magistrale de Thomas Ostermeier sauve le texte plat de Dämonen
Les albums de l’année 2010 (1e partie)
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *