Théâtre
Denis Lavant et Jacques Osinski invitent l’âme de Beckett au Lucernaire

Denis Lavant et Jacques Osinski invitent l’âme de Beckett au Lucernaire

10 janvier 2022 | PAR David Rofé-Sarfati

Au Lucernaire, avec l‘Image, le duo Denis Lavant- Jacques Osinski saisissent avec une immense délicatesse quatre textes de Samuel Beckett. Les textes judicieusement choisis, car analogiques de l’univers de l’auteur irlandais, se révèlent d’une grande puissance littéraire.

Après Cap au pire et La Dernière bande, Denis Lavant et Jacques Osinski poursuivent leur compagnonnage autour de l’œuvre de Samuel Beckett. Nous aurions pensé naturellement que ce troisième opus serait une fois encore un seul en scène. Nous avions parié sur un Denis Lavant en « Dépeupleur ». Et voila qu’une bonne surprise une fois encore advient. Après deux titres célèbres, Jacques Osinski choisit quatre textes peu connus : « L’Image », « Un soir », « Au loin, un oiseau » et « Plafond ».

Le projet est immense. Les quatre nouvelles en prose sont chacune une invitation à entrer par des chemins détournés dans le crâne du narrateur beckettien. Quatre textes. Dates éparses. Souvenirs épars. Un style qui évolue mais des thèmes qui reviennent. Et toujours une même volonté : La recherche compulsive du vrai qui ne se constitue que comme un souvenir fugace que l’on cherche à étreindre mais qui ne saura jamais se dire tout à fait ni par les mots, ni par les silences. 

C’est avec mon souffle que je pense

Denis Lavant dans la pénombre (celle de la psyché de Samuel Beckett) restitue chaque mot, chaque inspiration pour lentement nous faire glisser dans le souffle de l’auteur. L’entreprise est grande car il s’agit de ne pas salir la pureté de la langue.  A cette pureté Osinski oppose une mise en espace minimaliste, sans scories de mise en scène ou d’interprétation. Sont restitués à ciel ouvert les oscillations mentales de l’auteur, sa plume brûlante et précise et aussi, l’entendement d’un Denis Lavant irrésistible riche de son intelligence des sentiments.

Les textes sont exigeants. « L’image » en particulier qui est la colonne vertébrale de l’ensemble. Ecrit en français dans les années 50, « L’image » est une longue et unique phrase de dix pages. Sans virgules. Seuls une majuscule et un point final. Beckett écrit en mots ce qu’un narrateur voit avec ses yeux. L’image que le narrateur a sous les yeux est un moment de sa propre vie, il se voit lui même. Citation : je dis je comme je dirais il. Le spectateur devra composer avec ce sens qui se rebelle parfois. Il rencontrera quelques mots anciens tel dextrosum, adverbe qui signifie « dans le sens des aiguilles d’une montre », ou senestro  qui signifie « l’inverse ». Il entendra une référence à Malebranche, philosophe du 17eme siècle qui  se méfiait comme Beckett de l’imagination, cette folle du logis  qui empêche de voir le vrai.

Denis Lavant fait frissonner le texte et la salle 

Pour servir un tel texte qui refuse obstinément le fictionnel, il fallait un interprète solide capable de tout régurgiter sans trop adjoindre à son personnel et délicat discernement. Denis Lavant impressionne de précision ; en même temps il ne gâche rien de notre plaisir du jeu. Ainsi, convoqué à une exigence le spectateur devient l’invité, le cinquième d’une danse à quatre: Samuel Beckett, Denis Lavant, Jacques Osinski et le texte. Et  il aura à démêler la question qui traverse ces textes : qu’est-ce qui fait que, nous les humains, éprouvons le besoin de dire et non de vivre seulement ?

L’image 

Samuel Beckett

Mise en scène Jacque Osinski

avec Denis lavant

Le Lucernaire

du 4 au 23 Janvier 2022

Durée 1 heure

Visuel Affiche

Cinédanse : le musical selon Émile Vuillermoz
La playlist qui peut t’attendre
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture