Théâtre
Courrez voir Nicolas Devort dans La valse d’Icare au Lucernaire !

Courrez voir Nicolas Devort dans La valse d’Icare au Lucernaire !

21 janvier 2020 | PAR Geraldine Elbaz

Un conte musical sensible, captivant et magistralement interprété, qui vous embarque dans la vie d’Icare, ce jeune chanteur prometteur dont l’ascension trop rapide a provoqué la chute. Un comédien exceptionnel qui endosse avec un talent rare tous les rôles et vous fait vivre avec quelques notes de musique et un peu de poésie un pur moment de délectation.

 

Icare, comme celui qui s’est trop approché du soleil avec ses ailes confectionnées par son père Dédale, pour s’échapper du labyrinthe.

Icare, celui qui aime chanter et jouer de la guitare, qui en fera son métier, dont le succès précipitera son déclin.

Dans les combles du Lucernaire, salle Paradis, le plateau est pratiquement nu, habillé d’une simple chaise et d’une guitare sur son socle. Nicolas Devort, tout de noir vêtu, incarne Icare, celui qui happé par sa carrière musicale ne verra pas son fils grandir et se retrouvera un jour à son chevet à l’hôpital, l’occasion pour lui de revenir sur les événements marquants de sa vie : la rencontre avec ses deux amis de jeunesse Silvère et Pollux, puis de sa femme Iris dont il tombe fou amoureux dès l’instant où il l’aperçoit à une soirée, ses débuts dans la musique, son succès fulgurant qui lui fait tourner la tête et l’éloigne petit à petit de ses valeurs et de ses proches…

Comment se construire une identité avec l’image de ce père bougon et taciturne, enfermé toute la journée dans sa chambre à construire des maquettes d’avions en rêvant que son fils devienne un jour pilote? Comment garder les pieds sur terre, lorsqu’il vous est permis de vivre de votre passion et de la partager aux quatre coins du monde ? Comment être un bon mari et un père présent lorsqu’une autre vie de paillettes vous attend avec un public qui vous adule et en redemande toujours plus?

Stéphanie Marino signe ici une mise en scène élégante et joliment orchestrée, mettant en exergue la performance corporelle et vocale du comédien, où partition théâtrale et musicale sont en parfaite harmonie.

Nicolas Devort et Stéphanie Marino ont créé il y a quinze ans la compagnie Qui va piano, La Valse d’Icare est leur 7e création.

Le texte est touchant, juste et magnifiquement interprété par un comédien extraordinaire qui jongle avec tous les personnages, dont il cerne les traits remarquablement. C’est drôle, émouvant et brillant. Il ne reste que quelques dates au Lucernaire et ce serait regrettable de passer à côté…

Crédit photo: (c) Xavier Cantat et affiche du spectacle

La Valse d’Icare

Au Lucernaire jusqu’au 26 janvier 2020 puis en tournée, dont Avignon du 3 au 26 juillet 2020

De et avec Nicolas Devort

Mise en scène Stéphanie Marino

Musiques Nicolas Devort et Stéphanie Marino

Lumières Philippe Sourdive

Durée 1h15

« Je ne rêve que de vous », drame historique au récit prenant
L’agenda culture de la semaine du 20 janvier 2020
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *