Théâtre

Avec « Hors la loi », Pauline Bureau offre à Coraly Zahonero un grand rôle de tragédienne moderne.

Avec « Hors la loi », Pauline Bureau offre à Coraly Zahonero un grand rôle de tragédienne moderne.

02 juin 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

Pauline Bureau s’est emparée de la question encore tragiquement vivace de la libéralisation de l’avortement. Autour de Coraly Zahonero, mère courage, et dans une mise en scène aiguisée, Hors la loi honore le devoir d’inventaire et le combat aujourd’hui à renouveler pour le droit à l’IVG.

Été 71, Marie Claire à 15 ans, entre surprise-parties et  hula-hoop elle se découvre à la vie.  Un soir, un copain un peu charmeur un peu blouson noir lui fait des brutalités. Il la viole. Elle tombe enceinte. Sa mère, mère courage célibataire, cherche désespérément une adresse, celle d’une faiseuse d’ange. Marie Claire avorte dans la clandestinité, risque d’en mourir tandis que le violeur signale l’avortement. La mère et la fille  sont accusées de complicité et risquent la prison ferme. L’avocate Gisèle Halimi se propose de les défendre. La militante féministe vient de signer le manifeste des 343. La pétition parue dans Le Nouvel Observateur, dresse la liste de 343 Françaises célèbres qui avec courage avouent “Je me suis fait avorter” », s’exposant à des poursuites pénales; parmi elles Simone de Beauvoir Delphine Seyrig, Catherine Deneuve ou encore Nadine Trintignant, Juliette Magre ou Marceline Loridan. Le manifeste est  un plaidoyer à entendre la voix des femmes qui exigent de disposer de leur corps.  Il est un appel à la dépénalisation et à la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse. Il ouvre la voie à l’adoption de la loi Veil. Dans un procès pénal princeps de cette loi, Giséle Halimi, Marie Claire et sa mère, donnent l’assaut à la loi des hommes. La pièce de Pauline Bureau raconte cette histoire: une histoire individuelle réaliste et allégorique à la fois d’une fille de 15 ans broyée par la condition discriminatoire et oppressive faite aux femmes. 
 

– Qu’est ce qu’elle a? – 15 ans!

Le décor est merveilleusement intelligent, il accueille dans des cases-puzzle, des sortes de vignettes les scènes qui se succèdent dans une homogénéité et une continuité préservées entre les temps et les lieux. La comédienne Martine Chevalier, Marie Claire à 60 ans, vient nous raconter ses 15 ans. Parfois elle s’attarde sur le plateau tandis que ses souvenirs prennent vie autour d’elle. La comédienne est poignante. Au premier acte, dans une case du décor, la salle de bain s’impose dans la centralité d’une chose à venir. Là piaffent les enfants en se brossant les dents, là viendra le déchet organique et psychique de l’avortement. Claire de La Rüe du Can, Marie Claire à 15 ans, est émouvante, glaçante parfois. Elle défend brillamment le personnage de cette enfant victime mais sage et tendre. Car Pauline Bureau sait contenir sa colère et la nôtre. La pièce aurait pu être un coup de poings, la metteuse en scène refuse le surjeu, le pathos, le malicieux, la manipulation ou les combines de scénographie. C’est du beau théâtre. La pièce est une longue plaidoirie sous forme d’une caresse sensible où les faits exposés se suffisent. Car ces faits, hier comme tristement aujourd’hui se suffisent à crier l’horreur et la stupidité de la condition féminine imaginée par le patriarcat et de la place des femmes et de leur voix dans le discours public.  Le geste est politique et sociétal. Pauline Bureau excelle dans ce registre. 

Elle est soutenue par une Coraly Zahonero incomparable dans le personnage de la mère courage. La comédienne tient l’ensemble de l’édifice. Celle qui a conçu et défendu Grisélidis d’après les écrits et les interviews de Grisélidis Réal, légitime et magnifie le propos. Elle arrache sourires et larmes à un public qui s’identifie instantanément à elle. Elle héroïse avec une authenticité pleine ce rôle de tragédienne contemporaine. Elle remplit l’ensemble de l’équation de notre expérience de spectateur. Lorsque la voisine devant Marie Claire boudeuse questionne  -Qu’est  ce quelle a? La mère (Coraly Zahonero) répond : 15 ans! La puissance comique de la comédienne déclenche les rires. Puis les larmes. Coraly Zahonero compose ici une grande tragédienne du théâtre de l’actuel; les rires sont vite rentrés devant cette mère épique et bouleversante d’une enfant d’à peine 15 ans.  Par le talent de Pauline Bureau et l’habileté de Coraly Zahonero, la Comédie Francaise devient au détour de cette pièce-rupture théâtre militant et populaire. La pièce est à voir et  à faire voir au plus grand nombre. 

 

Hors la loi,

texte et mise en scène : Pauline Bureau

Scénographie : Emmanuelle Roy

Costumes : Alice Touvet

Lumières : Bruno Brinas

Vidéo : Nathalie Cabrol

Musique originale et son : Vincent Hulot

Maquillages et coiffures : Catherine Saint-Sever

Dramaturgie : Benoîte Bureau

Assistanat à la mise en scène : Sabrina Baldassarra

 

Avec Martine Chevallier, Coraly Zahonero, Alexandre Pavloff, Françoise Gillard, Laurent Natrella, Daniel Lebrun, Claire de la Rüe du Can, Sarah Brannens et Bertrand Roffignac 

Crédits Photos © Brigitte Enguérand, coll.CF

Du 24 mai au 7 juillet 2019

Du mercredi au samedi à 20h30, les mardis à 19h00 et les dimanches à 15h00

Durée 2h10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédits Photos © Brigitte Enguerand/coll

Infos pratiques

Nuits Sonores : la fièvre house du samedi soir
« Luca » de Franck Thilliez : Science sans conscience n’est que ruine de l’âme
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *