Théâtre

Après la pluie : huis-clos féroce

29 novembre 2009 | PAR Soline Pillet

La compagnie Un d’essence présente au Théâtre du Temps un huis-clos de Sergi Belbel sur la solitude des individus et les rapports de force dans le monde du travail.

Cinq femmes et trois hommes se croisent sur une terrasse d’immeuble pour laisser libre cours à leurs problèmes existentiels et assouvir clandestinement leur besoin de nicotine. A 170 mètres au-dessus de la ville défilent anecdotes et confrontations, révélant d’inavouables névroses chez chacun des protagonistes.

La cigarette, fil conducteur de l’histoire représentée par un mouvement abstrait propre à chaque personnage, est le prétexte à la rencontre et à l’évasion dans un monde contemporain débarrassé de sa dernière illusion. L’univers de l’entreprise, dictature de l’apparence, impitoyable machine à broyer les individus, est passé au crible. L’ambiance quasi-surnaturelle, loin au-dessus du sol, à une époque indéterminée, porte le poids d’une attente qui ne saurait amener qu’une catastrophe à défaut de la pluie tant espérée.

En même temps que les personnages, menés par une distribution à la fois contrastée et homogène, guettent le ciel changeant, les névroses s’affûtent, l’étau se resserre, avant l’orage libérateur des éléments et des sentiments.

Si la pièce traîne parfois en longueur et sombre par moments dans une hystérie inutile, un dénouement inattendu donne son sens et sa profondeur à une intrigue tissée d’anecdotes. L’humanité des anti-héros reprend le dessus sur l’omniprésente façade, telle une lueur d’espoir au cœur du chaos.

Après la pluie, jusqu’au 28 janvier 2010, le jeudi à 20h30 – Théâtre du Temps, 9 rue du Morvan, Paris 11ème – Métro Voltaire – Réservations : 01 43 55 10 88

Dvd : Douglas Sirk, les années allemandes
Les Enfants du soleil ou comment transformer Gorki en auteur de boulevard
Soline Pillet
A 18 ans, Soline part étudier la danse contemporaine au Québec puis complétera sa formation par les arts visuels à l’Université de Brighton. Au cours de son apprentissage, elle participe à des projets éclectiques en tant que danseuse. Également passionnée par l’écriture, elle rejoint les bancs de la fac en 2007 afin d’étudier la médiation culturelle à la Sorbonne Nouvelle. C’est par ce biais qu’elle s’ouvre au théâtre, au journalisme, et à toutes les formes d’art. Aujourd’hui, Soline rédige un mémoire sur la réception critique de la danse contemporaine tout en poursuivant sa passion pour la danse et l’écriture. Après avoir fait ses premiers pas de critique d’art pour le site Evene, elle rejoint l’équipe de la Boîte à Sorties en septembre 2009.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *