Spectacles

Réouverture du Théâtre du Châtelet et sa nouvelle saison 2019-2020

Réouverture du Théâtre du Châtelet et sa nouvelle saison 2019-2020

28 mars 2019 | PAR Victoria Okada

Le Théâtre du Châtelet réouvre ses portes en septembre prochain après deux ans et demi de fermeture pour des travaux de réaménagements. « Nous devons tous ensemble lutter contre tout ce qui peut entraver l’accès à la musique », dit Ruth Mackenzie, qui va co-diriger le Théâtre avec Thomas Lauriot dit Prévost. Volontairement éclectique, la nouvelle saison, dévoilée le 27 mars, est marquée par de nombreuses créations.

La saison débutera avec Parade, « spectacle manifeste », du 13 au 15 septembre. Il s’agit de la relecture du ballet du trio Cocteau-Satie-Picasso créé en 1917 par sur commande des Ballets Russes de Serge de Diaghilev, avec la chorégraphie de Léonide Massine. Une re-création en quatre actes, dont trois à accès gratuit (atelier cirque pour enfants, Marionnettes Gigantes de Moçanbique, « le monde de Satie » dans le Théâtre) avant le spectacle constitué de cirque, d’acrobates, d’une musique de Pierre-Yves Macé en création, commande du Théâtre du Châtelet, qui sera interprétée par l’Ensemble Intercontemporain sous la direction de Matthias Pintscher.

Créations

Les trois créations mettent à l’honneur trois grandes figures marquantes de l’Histoire : Les Justes d’Albert Camus, tragédie musicale adaptée et mise en scène par Abd Al Malik (5-19 octobre 2019) ; Perle Noire : méditations pour Joséphine, hommage à Joséphine Baker dans une mise en scène de Peter Sellars avec la soprano américaine Julia Bullock (11-17 avril 2020) ; Il était une fois, une rose de fer…, hommage à Miriam Makeba, chanteuse jazz-ethno et militante politique, par Rokia Traoré (6-14 juin 2020).

Une autre création de la saison concerne Carte blanche à Rone, avec la figure majeure de la scène électro Erwan Castex dit Rone (5-14 mars 2020)

La musique et les spectacles musicaux

Deux grands événements attendent les spectateurs. D’abord, le retour de la comédie musicale Un Américain à Paris (28 novembre 2019 – 1er janvier 2020). Créé au Théâtre du Châtelet en novembre 2014, l’œuvre a tourné dans le monde entier (dont 652 représentations à New York, ainsi qu’à 53 villes de 31 états aux USA, mais aussi en Angleterre, au Japon en japonais et en Autriche en allemand…) et reçu quatre Tony Awards. La mise en scène de Christopher Wheeldon retrouve la scène d’origine pour les fêtes de fin d’année.

Mélomanes qui aiment la sensation forte, réjouissez-vous ! Le chef greco-russe Teodor Currentzis et son ensemble MusicAeterna (chœur et orchestre) seront en résidence ! « Le Châtelet doit être le terrain d’un bouillonnement créatif sans pareil », déclare-t-il. La saison 2019-2020 sera une sorte de préambule (4 concerts : Requiem de Mozart le 27 octobre 2019, Rameau le 29 octobre 2019, concert de fin d’année le 30 décembre 2019, Requiem de Fauré le 20 mai 2020, et le Festival Beethoven 4-17 mai 2020) à une résidence durable à partir de la saison 2019-2020 avec la production de plusieurs opéras et la création d’un Festival Diaghilev.

Pour l’oratorio, Saül de Haendel mis en scène par Barrie Kosky, production phare du Festival de Glyndebourne en 2015, sera présenté par Les Talents Lyriques sous la baguette de… Laurence Cummings, qui a dirigé les représentations anglaises (21-31 janvier 2020).

Les Troyennes… non, vous ne vous êtes pas trompés, ce ne sont pas Les Troyens de notre compositeur national Berlioz ! Le Théâtre national de Corée et le metteur en scène singapourien Ong Keng Sen revisitent la tragédie grecque pour en faire un opéra coréen contemporain, avec, comme musique, la k-pop (20-26 juin 2020).

En résidence au Théâtre du Châtelet, l’Orchestre de Chambre de Paris propose 6 déjeuners-concerts à 12h30 pour une formule courte d’une heure avec 1 œuvre classique et 1 œuvre de compositeurs vivants (Eric Tanguy, Heorge Benjamin, Fazil Say, Bruno Mantovani, Sivan Eldar, Jamei Man). Chacun de ces concerts sera précédé d’une séance « Ecoute, écoute », à 10 h, pour le public scolaire, avec les mêmes pièces.

Danses

Autre point fort de la saison : la danse. Le mois de novembre sera largement consacré à cet art : À A Quiet Evening of Dance de William Forsythe, la première création depuis la fermeture de sa compagnie en 2015 (4-10 novembre 2019) se succède Summerspace / Exchange / Scenario de Merce Cunningham par le ballet de l’Opéra de Lyon (14-20 novembre 2019). Ces deux spectacles sont présentés dans le cadre du Festival d’Automne à Paris.

Le Tanztheater Wuppertal Pina Bausch propose un spectacle en deux parties, Les sept péchés capitaux associés à Fürchtet euch Nicht, le tout sur la musique de Kurt Weill interprétée par l’Ensemble Intercontemporain (24-29 mars 2020).

Deux re-créations de grands classiques pour le Festival Les Etés de la danse. Pour sa première invitation à Paris et au Festival, le Dutch National Ballet d’Amsterdam présente Cendrillon de Prokofiev chorégraphiée par Christopher Wheeldon (metteur en scène d’Un Américain à Paris), une version fidèle à la vision des frères Grimm, à la fois sombre et poétique (2-8 juillet 2020). Akram Khan revisite Giselle, ballet romantique sur un livret de Théophile Gautier, en le transposant au 21e siècle, pour en faire un conte moderne sur les migrants, mêlant danse classique et contemporaine (11-18 juillet 2020).

Spectacles pluridisciplinaires

Le Festival d’Automne à Paris, le Théâtre du Châtelet et le Théâtre de la Ville présentent le film-oratorio de la photographe russo-américaine Lena Herzog, Last Whispers, Vanishing Voices, sur la tragédie de la disparition des langues autochtones dans le monde (21 novembre 2019). Une autre œuvre inclassable de la saison, c’est This is how you will disappear de l’artiste franco-autorichienne Gisèle Vienne. Au croisement de la danse, du théâtre et des arts visuels, elle nous emmène dans l’univers mustérieux de sa forêt enchantée, avec la sculpture de brume de la plasticienne japonaise Fujiko Nakaya et la vidéo de Shiro Takatani (27-31 mai 2020).

Les réservations seront ouvertes à partir du 29 mars à 10h sur le site-internet du Théâtre du Châtelet et à 13h aux guichets du Théâtre (ouverture exceptionnelle du 29 mars au 5 avril, du mardi au samedi de 13h à 19h au 17, avenue Victoria 75001 Paris, fermeture du 13 juillet au 27 août).

Photos:  An American in Paris © Marie-Noelle Robert -Theatre du Chatelet

« Je m’appelle Ismaël » : un territoire à arpenter, qui hurle et bouscule et ouvre l’esprit
Gagnez 5×2 places pour le film « La Lutte des classes »
Victoria Okada

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *