Danse
La compagnie Shonen présente _P/\RC _, spectacle hors-norme et créateur d’un espace nouveau

La compagnie Shonen présente _P/\RC _, spectacle hors-norme et créateur d’un espace nouveau

01 octobre 2022 | PAR Adam Defalvard

Avec _P/\RC_ _ , la compagnie Shonen dirigée par Eric Minh Cuong Castaing invente un nouvel espace sur le plateau étendu du Théâtre du Châtelet. Retour sur une répétition générale impressionnante.

Une danse qui ouvre les possibles

Nous avons eu la chance de pouvoir assister à la répétition générale, la veille de la première, de ce spectacle particulier et passionnant dans sa manière d’aborder la représentation du corps handicapé.

Eric Minh Cuong Castaing dirige la compagnie Shonen depuis 2007, une compagnie dont le but est de créer autour des nouvelles technologies et de s’interroger sur la représentation des corps aux 21ème siècle. En effet, pour cette commande du Théâtre du Châtelet en partenariat avec le Théâtre de la Ville, il n’y a pas que des corps « présents » sur scène. Des robots de télé-présence sont intégrés également dans la chorégraphie, pour les participants ne pouvant se déplacer. Or, on le constate bien pendant la représentation, ces danseurs sont bien là sur la scène au même titre que les autres, d’où l’usage des guillemets autour du mot « présents ». 

Dans cette chorégraphie co-créée avec Aloun Marchal, Eric Minh Cuong Castaing transforme le plateau du Théâtre du Châtelet en un parc inclusif et libérateur pour ces enfants handicapés, dont certains ne peuvent pas marcher seuls. Ainsi, les danseurs valides les aident, les portent et créent avec eux, toujours en écoutant leurs attentes et envies, pour faire apparaître un moment de danse en symbiose. La question se pose alors forcément de la place du spectateur, et de comment faire pour que ce dernier ne se transforme pas en voyeur.

Une nouvelle virtuosité

L’entretien avec le chorégraphe dans le livret du spectacle est alors nécessaire pour comprendre tout le processus de création, évidemment réalisé en collaboration avec les structures de soins et les soignants qui s’occupent des enfants-danseurs. Eric Minh Cuong Castaing affirme que la question du plaisir est essentiel dans la réalisation du spectacle pour toujours prendre en compte les enfants et leur consentement. Il explique : « Ils ont conscience d’être regardés, sans néanmoins élaborer nos théories liées à la question de la représentation. Mais quand on est touché par leurs danses, quand on les applaudit, la joie est visible et prend sens dans le contexte précis de la représentation. »

Effectivement, la joie des enfants se ressent face au public et lors des applaudissements. Pendant la danse également, les adultes valides font attention aux envies des jeunes et de magnifiques moments naissent à travers cette rencontre corporelle. L’idée n’est pas d’amener les danseurs dans une normalité mais de créer une nouvelle « virtuosité », selon les mots du chorégraphe, qui met en valeur cette fragilité des corps et la revendique comme une richesse pour appréhender un mouvement unique et libre. 

La question du robot

Une des danseuses, plus âgées que d’autres et déjà performeuse et chercheuse sous le pseudo de No Anger, raconte également son processus de travail avec ce spectacle et son utilisation du robot. Elle fait part de ses appréhensions lorsqu’elle a été sollicitée par Eric Minh Cuong Castaing, mais aussi de comment elle s’est appropriée le robot pour qu’il lui donne réellement la possibilité d’être présente sur la scène. « Je lui prête ma voix et des émotions ; en retour, le robot augmente les possibilités de mon corps ; dans ce corps-à-corps avec la machine, je ne disparais pas. »  

Sur la scène la danse des robots, entre robots ou avec les autres, est belle et créé un mouvement inédit qui n’efface rien de l’humanité de ceux qui interprètent cette chorégraphie. 

La compagnie Shonen porte avec _P/\RC__  un spectacle vraiment précieux et novateur qui propose une participation active au spectateur et l’invite à entrer dans ce parc pour en ressortir avec de nouvelles perspectives.

Le spectacle est à voir au Théâtre du Châtelet ce week-end du 1er et 2 octobre. Pour plus d’informations, cliquez ici.

Visuels : ©Cha Gonzalez

Biarritz : « Vicenta B » portrait d’une magnifique sorcière cubaine
Biarritz : Abrazo d’or amplement mérité pour « Los reyes del mundo »
Adam Defalvard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration