Performance
Paraiso, colecçao privada de Marlene Monteiro Freitas

Paraiso, colecçao privada de Marlene Monteiro Freitas

19 février 2014 | PAR Camille Lucile Clerchon

Marlene Monteiro Freitas, performeuse fascinante qu’on a connu en solo avec Guintche (2010) puis récemment aux côtés de Trajal Harell, François Chaignaud et Cecilia Bengolea pour leur pièce (M)imosa créée en 2011, présente Paraiso, collecçao privada, pièce pour 5 interprètes, lors du festival Ardanthé et dans le cadre du temps fort Hors Saison d’Arcadi Ile de France.

Avec Paraiso, collecçao privada, Marlene Monteiro Freitas, chef d’orchestre de ce transport au paradis signe une pièce couleur soufre déjà largement saluée par la critique.
En dominatrice tendance démiurge, la chorégraphe capverdienne en habit de lumière anime quatre créatures du genre masculin, soumises à toutes les métamorphoses.
Du cabinet de curiosité, la pièce tire le caractère hétéroclite des références, faisant se côtoyer eschatologie médiévale, dorure baroque, iconographie du glam et samba carnavalesque.
La pièce va plus loin que la mise en vitrine, et par un processus d’incorporation presque organique, la multiplicité des références se créolise progressivement en un univers puissamment évocateur et d’une singularité radicale qui nous emmène vers des sommets extatiques.
Les contraires se rejoignent en leurs extrêmes, Le Paradis se brûle les ailes aux vapeurs sulfureuses de l’Enfer. Les repères genrés de masculin et de féminin se délitent au profit d’une corporéité charnelle, ouverte aux motifs et aux pulsions qui la traverse.
Point de morale ou de sentiments, il s’agit de faire vibrer les imaginaires aussi fort que les orgues et les clavecins, laisser libre cours à une déferlante d’images fantasmagoriques où toutes les transformations du corps sont possibles et toutes les pulsions assouvies.
Une pièce à voir et à revoir, dans l’attente des prochaines créations de Marlene Monteiro Freitas.

Visuel : ©DR

La recette de Claude : Sushis concombre-saumon
Nouvelle Star : le programme musical de la finale
Camille Lucile Clerchon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture