Opéra
« Thaïs » au Grand Théâtre de Tours : Plasson et Grinda offrent une belle soirée de songe

« Thaïs » au Grand Théâtre de Tours : Plasson et Grinda offrent une belle soirée de songe

29 janvier 2022 | PAR La Rédaction

Mardi 25 janvier, au Grand Théâtre de Tours,la dernière représentation de Thaïs, l’opéra de Jules Massenet, dirigé par le légendaire chef d’orchestre français Michel Plasson, dans une mise en scène de Jean Louis Grinda, était envoûtante. 

Par Vladimir

À 20h, au Grand Théâtre de Tours, il entrait par la salle, passant par les premiers rangs, pour rejoindre son pupitre de chef, derrière lequel il se tient depuis plus de 70 ans. Du haut de ses 88 printemps, Michel Plasson a gardé son sourire malicieux de jeune homme, avec ce don de mettre de bonne humeur le public dès son entrée.
Sa gestuelle est reconnaissable entre toutes et, dès les premières notes, il n’y a pas de doute ça sonne « Plasson » : on reconnaît ses nuances, son phrasé à la française, ses respirations, son équilibre des pupitres et c’est assez émouvant quand on se remémore l’historique de la carrière de ce grand homme, et avec quelle excellence il a servi la musique française.

Une soirée en songe

Le répertoire de ce soir lui va comme un gant. Thaïs, opéra quelque peu délaissé de Jules Massenet au profit des célèbres Manon et Werther, est un opéra singulier dans le répertoire français du 19e siècle, un « poème mélique » selon l’expression de son librettiste Louis Gallet. C’est un fil poétique dont la tenue est de garder le beau sens musical, la métrique harmonieuse et le vers suspendu. La musique de Massenet, très impressionniste, va vers une étonnante modernité, qui, dans de nombreux passages du troisième acte notamment, préfigure Debussy et Dukas. Un parfum de mysticisme plane sur tout cet Opéra envoûtant, comme l’est le pieux Athanaël par la belle Thaïs.
La mise en scène de Jean Louis Grinda entraine dans le songe, d’abord dans cette grotte d’ermites où l’on parle de celle qui est la plus belle, puis dans une évocation d’Alexandrie des plus réussies où l’on découvre enfin l’envoûtante créature.
Les jeux de miroirs suspendus nous envoûtent, et le dédoublement de Thaïs, dans une danse lente sur une chorégraphie de Eugénie Andrin, nous fait vivre la tellement entendue « méditation de Thaïs » autrement et l’on redécouvre ce standard de la musique classique.

Des interprètes avec et sans covid

Comme toutes les maisons d’opéras actuellement, la soirée a eu son lot de positifs à la maladie à la mode. Ainsi, le baryton André Hoeyboer privé de scène mardi fut remplacé « au pied levé » et iPad en main par Pierre-Yves Pruvot qui avait appris le rôle dans la nuit.
Aidé à la mise en scène par Olga Paliakova, qui s’est occupée de cette reprise à Tours, celui-ci a non seulement livré une performance vocale exceptionnelle, mais aussi une vraie incarnation de son personnage, suscitant toute notre admiration. Il en est de même pour Anne Sophie Vincent qui releva le gant avec talent pour la reprise du rôle de Myrtale.
Ce n’est jamais facile aussi pour ceux qui sont sur scène avec de nouveaux partenaires d’un soir, mais il n’y avait pas là de quoi désarçonner Chloé Chaume, une grande habituée de l’Opéra de Tours, qui montra une maturité vocale et émotionnelle parfaite.
Soutenu par des seconds rôles attentifs et par un chœur de l’Opéra de Tours que l’on n’a rarement entendu aussi précis, pur et beau, malgré les masques, David Jackson frappe fort pour son arrivée en chef de chœur.

Depuis le début de saison, nous passons de très belles soirées d’Opéra à Tours, la venue de grands noms de la direction, le choix d’un répertoire nouveau enchante le public tourangeau qui a fait une ovation à Michel Plasson, ainsi qu’aux chanteurs, titulaires ou remplaçants.

Restons donc un peu dans le songe de Thaïs avant d’attendre avec impatience de nouvelles aventures…

Visuel : Marie Petry

 

« La guerre sociale en France », voyage au pays du néolibéralisme
Adolescent au Théâtre Malakoff : le noviciat selon Groud et Pétrovitch
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture