Humour
Dvd : « Muriel Robin revient tsoin tsoin », et nous raconte son histoire entre drôlerie et pudeur

Dvd : « Muriel Robin revient tsoin tsoin », et nous raconte son histoire entre drôlerie et pudeur

20 décembre 2013 | PAR Gilles Herail

Bien sûr, un DVD ne rend pas compte d’une expérience de scène, d’une intimité qu’on imagine très forte avec des spectateurs émus de retrouver leur Mumu. Cette première incursion de la grande Robin dans l’univers du stand up n’atteint pas les explosions comiques de ses premiers sketchs mais est un vrai moment de communion drôle et sincère avec son public.

Muriel Robin est peut-être la plus grande figure comique française depuis De Funès. Même si elle n’a jamais percé sur grand écran avec des rôles qui utilisaient mal son génie comique, physique et hors-norme. Muriel Robin, c’est d’abord une voix reconnaissable parmi mille, qu’elle peut moduler, forcer, faire partir en vrille dans des envolées et des gueulantes légendaires (« l’addition », « la réunion de chantier », « le répondeur »…) Mais c’est aussi une véritable folie qu’on retrouve normalement dans son deuxième spectacle, Tout m’énerve, où le délire de l’artiste est à son apogée, dans l’incroyable et trop méconnu Mélodrame, grand moment de n’importe quoi surjoué avec gourmandise, ou encore dans Madame Dupin et La Blague, qui partent dans l’absurde le plus incontrôlé.

Après Au secours, qui suivait un personnage et une trame fil rouge, Robin innove encore en s’essayant au stand up, avec une certaine maladresse dans les transitions et l’utilisation de gimmicks qui deviennent parfois répétitifs, même si souvent hilarants (l’explication littérale d’expressions populaires comme « appeler un chat un chat »…). Mais avec une touche d’émotion plus présente, et surtout une incroyable complicité avec son public. Robin a beaucoup raconté les autres, les faiblesses et les bassesses de l’espèce humaine, avec un œil quasi sociologique sur des situations bien connues et des personnages hors normes (la coiffeuse, la raciste, l’épouse à bout de nerfs…). Avec Robin revient tsoin tsoin, l’humoriste décide donc de se raconter, elle, sans faux–semblants et avec la même acuité. L’enfance, la sexualité, le besoin de reconnaissance, la dépression, le poids, la maladie de sa mère. Tout est prétexte au rire, à des portraits piquants de personnages et de situations, mais avec une pointe d’émotion toujours présente en arrière-plan.

Le rythme est parfois en dent de scie avec des explosions de drôlerie et de folie (« le magasin de chaussures », « la visite chez le psy », « la confrontation avec Alzheimer »). Mais la nouveauté, et on ne s’en plaint pas, vient surtout des apartés et des ping-pong avec le public. Un public qui commente parfois, s’enthousiasme des références aux sketchs anciens, interagit et partage un moment de plaisir communicatif. Mumu s’adresse à eux, décrypte pour les fœtus (comprendre les jeunes qui n’ont pas suivi sa longue carrière), remercie souvent et se livre réellement. Robin ne plaît bien sûr pas à tout le monde. Mais elle a inventé un vocabulaire à elle tout seule. Les -asse rajoutés après de nombreux mots, des expressions du visage, des gimmicks qui appartiennent au quotidien de ses fans. Robin revient n’est peut être pas son meilleur spectacle mais le plus généreux, une sorte de best-of biographique, effaçant la distance et en partage total. Un bonheur.

Gilles Hérail

Visuel : © affiche du spectacle Muriel Robin revient, tsoin tsoin, un spectacle comique créé par Muriel Robin, sorti en dvd chez TF1 vidéos le 20 novembre 2013

Cults et Alice Lewis au programme des Femmes s’en mêlent 17#
L’ours et le soleil de Domitille, Amaury de Crayencour, Anna Emilia Laitinen
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *