Danse
Sarah Crepin et bien plus que sept samouraïs à Faits d’Hiver

Sarah Crepin et bien plus que sept samouraïs à Faits d’Hiver

04 février 2020 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le Festival Faits d’Hiver proposait hier soir à la suite de MMDCD, la pièce de Christine Armanger, une proposition toute à fait différente, Solo OO de Sarah Crépin & Étienne Cuppens.

A la fin, tout le monde se pose la question. Si au générique sont inscrites Sarah Crépin et Marie Rual mais alors, qui joue le lapin? Cette demande a peut être l’air foutraque et pourtant, elle est bien à l’image de cette proposition très clownesque, qui, et cela est dans l’esprit de la compagnie La BaZooKa, est un vrai tout public. La dernière fois, c’était au Théâtre Paris Villette, pour une pièce toute pleine de fantômes, Pillowgraphie, qui elle aussi savait créer des images très théâtrales. Là, sur un plateau tout blanc du sol aux murs, surgit un drôle de personnage qui ressemble à un guerrier dont le costume est fait d’un patchwork d’éléments recyclés. 

D’abord vraiment seule en scène, le visage casqué de poils de bête, Sarah Crépin se bat contre elle même. Puis, le son arrive dans un jeu de doublage délicieux. Sarah est seule contre tous, armés jusqu’aux dents bien qu’invisibles. Bientôt elle ne sera plus seule et à deux, se battre est plus facile, enfin, si on a confiance en l’autre.

La danse vient se nicher bas dans des emprunts aux gestes militaires. Le fusils pointe et les bras balancent dans la marche. Et puis, souvent, elle se déploie dans une énergie toute aussi tellurique. Elle convoque les danses visant à faire venir la pluie ou le soleil au choix. Dans ce rythme intense, le tourbillon se fait dans un essoufflement tout en rebonds. La douceur prendra sa place, dans une fusion des corps, des genres et des symbolique. Gentils/Méchant. Masculin/Féminin. Doux/Fort. Avec ces allures de fable pour enfants, Solo OO  s’avère être un seul en scène fantasmagorique ou le pas finira par se danser à trois, dont un inconnu.

Le festival Faits d’Hiver se poursuit jusqu’au 7 février avec la dernière pièce de Georges Appaix et la nouvelle création de Daniel Linehan. Tout le programme est ici.

Visuel : ©Charlène Yves photographie

 

Les Magritte du cinéma, à Bruxelles, 10ème édition !
Mort du « maître à lire » George Steiner
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *