Danse
Sara Baras au Théâtre des Champs Elysées, courez-y !

Sara Baras au Théâtre des Champs Elysées, courez-y !

25 décembre 2016 | PAR Marie Boëda

Sara Baras est au Théâtre des Champs Elysées jusqu’au 8 janvier : Sara Baras Ballet Flamenco, Voces, anthologie. Rien de tel pour finir l’année ou la commencer qu’un spectacle de flamenco où partage et hommage s’allient à merveille. Et quelle énergie !

« Voces » est avant tout un hommage à plusieurs grandes figures du flamenco : musicien, chanteur, danseur, Paco de Lucia, Camarón de la Isla, Antonio Gades, Enrique Morente, Moraito et Carmen Amaya.  Présenté il y a deux ans, le spectacle a été changé, perfectionné par sa créatrice. En plus, deux invités, le saxophoniste Tim Ries et le chorégraphe José Serrano.

Tout commence avec Paco de Lucia, sûrement le plus populaire. Sara Baras et José Serrano s’affrontent dans une joute dansée. La technique de ce dernier est infaillible, il s’arme autant de ses pieds que de ses bras pour danser. Mais impossible de déchaîner le public autant que Sara Baras. Ses pieds lacèrent le sol à une vitesse et avec une endurance peu communes. On rentre dans une phase de transe, où l’exaltation nous transporte dans d’autres sphères.

Tim Ries, saxophoniste invité, donne une touche jazzy et orientale. Le chant, l’instrument et la danse dialoguent avec harmonie, ce qui illustre à quel point ces trois disciplines font partie intégrante du flamenco. Un petit bémol, la troupe n’est pas spécialement mise en avant mais, en fin de compte, c’est pour Sara Baras que le public est là.

On gardera de ce spectacle des tableaux colorés et voluptueux qui illuminent la salle d’une atmosphère festive et andalouse. Le flamenco se danse avec le public, l’énergie que les danseurs lui donnent est férocement communicative. Le public du Théâtre des Champs Elysées s’est laissé facilement emporter. Applaudissements nourris, standing ovation, ça veut tout dire.

(c) Vincent Pontet + Santana de Yepes

« A la table des diplomates » : l’Histoire de France par le Menu
[Critique] « La vallée des loups » Jean-Michel Bertrand, l’homme qui se fait loup
Marie Boëda

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *