Danse
Lyon Biennale de la danse : « Transverse Orientation », le chef-d’œuvre de Dimitris Papaioannou

Lyon Biennale de la danse : « Transverse Orientation », le chef-d’œuvre de Dimitris Papaioannou

03 juin 2021 | PAR M P

 

Avec Transverse Orientation sa nouvelle création, le chorégraphe Dimitris Papaioannou explore l’art de la métamorphose dans un flot d’images vertigineuses !

Qu’attend-t-on d’un spectacle de danse ? Qu’il laisse des traces dans nos corps et nos mémoires, qu’il fouille en nous sans que l’on s’en rende compte, qu’il nous laisse voir, éprouver, imaginer, recomposer. Qu’il nous fasse pleurer aussi. C’est tout ce que nous offre Dimitris Papaioannou avec Transverse Orientation sa dernière création, pur chef-d’oeuvre présenté en première mondiale à la Biennale de la danse de Lyon. Après Still Life et The Great Tamer, deux monuments de sa trajectoire artistique, le chorégraphe grec joue sur le terrain de la métamorphose qu’il explore par le chaos et la reconstruction au cœur d’une scénographie en perpétuel mouvement. Le point central de l’oeuvre évoque le mythe du minotaure, monstre tué par Thésée, un meurtre qu’il perçoit comme la métaphore du jeune qui veut tuer le vieux pour prendre sa place et créer un autre monde après s’être s’extirpé du labyrinthe grâce au fil d’Ariane. En filigrane, il pose la question de la transmission d’une génération à l’autre, d’un père à son fils. Que fait-on de ce monde entre nos mains, quels ont été les chemins pour y être et quels peuvent être les autres à venir ? Dimitris Papaioannou est un artiste qui maîtrise l’art de la scène : danse, mise en scène, lumières, décors, costumes et il est avant tout un artiste peintre. C’est cet ensemble qui façonne une œuvre totale, saisissante du début jusqu’à la fin, qui manipule admirablement la notion de temps, la lenteur, pour nous laisser pénétrer dans le souffle et les émotions de chaque tableau esquissé.

Violent, doux et profondément lumineux !

L’univers est blanc et noir, les hommes sont des humains mais aussi des insectes guidés par la lumière du néon, ils sont objets, formes, chairs, animaux blessés, érotiques, puissants ou émasculés. Ils sont dans un face à face avec un taureau fragile ou offensif, à chercher le pouvoir ou la douceur ; ils se trouvent emprisonnés dans ce lit en ferraille aux confins de la solitude et de la lutte, avant la libération. Dimitris Papaioannou aime les interstices, les jaillissements. Des entrailles du taureau émerge une femme qui imposera son règne ; d’une minuscule porte en fond de scène des corps apparaissent et disparaissent se transformant sur leurs passages. Derrière cette porte, il y aura des pierres extirpées une à une par les danseurs qui les érigeront en un mur d’abord instable, puis solide, avant qu’il ne devienne terrain de jeux. Et puis il y a l’eau. Comme la figure féminine, elle est un fil conducteur de l’écriture. On la voit, on l’entend de plus en plus fort jusqu’à cette scène stupéfiante qui nous mène vers cette femme assise à côté d’une fontaine. Bruits de l’enfance auprès de nos mères. De son corps, elle creuse le sol pour s’immerger dans la mer jusqu’à disparaître. Atteignant un summun d’ingéniosité et de puissance, la scénographie évoque à cet instant un univers plus cinématographique que chorégraphique. Le sol se disloque et s’ouvre, se métamorphosant en une digue rocheuse à l’intérieur de laquelle les pierres grises et humidifiées brillent, laissant deviner la présence dispersée de cette femme dans les éléments qu’elle nourrit de sa présence. Portée par huit magnifiques interprètes, enveloppée de la musique de Vivaldi, Transverse Orientation est un foisonnement d’images dont l’esthétique redoutable questionne le sens de nos vies ou interpelle simplement nos émotions nous laissant le choix d’imaginer et de créer nos chocs intimes. C’est toute la force de ce travail qui derrière le chaos apparent laisse entrer les éclats lumineux d’une renaissance !

Transverse Orientation / Dimitris Papaioannou jusqu’au 6 juin – Biennale de la danse de Lyon

Les 2 et 3 juillet au Festival de Montpellier danse – Montpellier danse

www.montpellierdanse.com

Visuel @ Julian Mommert

Les détaché.e.s, un voyage émotionnel d’une heure trente
Le fil de La collection se déroule au Off d’Avignon
M P

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture