Danse

« L’ivresse des croisées », Benoît Lachambre nous enivre au bois

« L’ivresse des croisées », Benoît Lachambre nous enivre au bois

18 juin 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

La dernière fois c’était Snakeskins, un solo organique qui nous amenait aux limites de la sexualité sado-masochiste au petit jour. La violence, Benoit Lachambre l’apprivoise, et hier, dans une clairière bien planquée du Parc Floral, il nous a entraîné dans une autre forme de défonce.

Benoît Lachambre et Daniele Albanese ont l’air d’être loin. Le visage caché par les capuches de leurs sweats, le jean défraîchi, ils errent comme à la fin d’une rave. Ils sont là quand le public marche vers eux et vient au choix, s’asseoir au sol ou sur des tabourets ou alors être débout ou marcher. La liberté est totale tout autant que la sensation très nette d’enfermement. Pourtant nous sommes en plein air, avec pour seule bande son le chant des oiseaux de cette heure entre chien et loup. Ils sont ermites, fous, drogués, les trois à la fois.
Ils sont deux danseurs qui s’ignorent souvent, qui convulsent au ralenti, qui font corps avec la nature. Leurs regards sombres et percants sont là. Leur aura est nette, ils dégagent une attirance malsaine.

La danse est déliée, dépossédée, les jambes se font molles, les genoux s’expatrient, l’herbe les accueille de tout leur long et les arbres font ici figure d’enceinte crachant de la techno sourde.

Intense, la performance l’est, aidée par le froid qui hypnotise et transi. La force des éléments (le vent, la pénombre qui arrive, les frissons) contribue à nous laisser comme en suspension, témoins voyeurs d’une scène intime.

L’apport de cette performance est de s’inscrire dans la nature, dans une radicalité du geste que ni une création lumière ni une composition musicale ne viennent appuyer.

Le festival June events a lieu jusqu’au 20 juin. Au programme, un focus alléchant sur DD Dorvillier

Visuel : ©Richard Louvet

Art Basel : Une 45ème édition somptuaire
Larry Clark et ses tirages destinés aux « Kids »
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *