Danse

« Je suis lent » de Loïc Touzé : quand le danseur intellectualise

« Je suis lent » de Loïc Touzé : quand le danseur intellectualise

16 juin 2018 | PAR Claudia Lebon

Mis à l’honneur au Festival June Events, Loïc Touzé a présenté une dizaine de pièces cette année. Parmi elles, « Je suis lent », une conférence dansée qui explique le parcours et le travail du danseur.

Après une quarantaine d’années de danse, Loïc Touzé revient sur son parcours et se penche avec nous sur l’évolution de son rapport au mouvement. Avec ordinateur et vidéo-projecteur, le danseur nous propose une conférence où viennent se nicher quelques épisodes dansés venant illustrer ses propos. La progression est chronologique et l’on mesure avec amusement l’écart entre le point de départ et le présent du chorégraphe.

Entré à l’âge de dix ans à l’école du ballet de l’Opéra de Paris, Loïc Touzé nous raconte ces années passées dans l’atmosphère formelle de la danse académique. Au milieu de ses tutus râpant ses joues de garçon, dans les vapeurs de la laque fixant les chignons des ballerines, son unique préoccupation était de ne pas se faire expulser… et de sauter, sauter très haut. Une vidéo fort sympathique nous révèle un Loïc Touzé en justaucorps, bondissant joyeusement sur scène…

Mais le corps du danseur a exploré bien d’autres gestes depuis l’Opéra. Le conférencier mesure donc cette évolution et nous fait partager ces différents questionnements sur le mouvement et la source du mouvement. Cette réflexion est mise en parallèle avec l’histoire de la danse et les rencontres artistiques du chorégraphe. De la Nouvelle danse à la post-modernité jusqu’à la découverte des formes plus conceptuelles, le travail exploratoire de Loïc Touzé s’est fait petit à petit : « je me trompe, je rate, je recommence, je change de modèle, de motif, de terrain… je suis lent.« 

Si vous appréciez la danse qui ne sublime pas le sens et l’émotion dans la grâce et l’esthétique d’un mouvement mais laisse le mouvement brut traverser le corps sans nécessairement chercher à l’enchanter, à le contrôler, le travail de Loïc Touzé et sa conférence dansée retiendront votre intérêt. « Depuis mes débuts, je m’aventure lentement vers la danse et j’ai appris à la reconnaître bien au-delà ou en deçà de ce qui la désigne« . « Le corps dansé par » est la réflexion actuelle du chorégraphe ,explorateur des origines du mouvement. Comment accueillir le mouvement et la danse qui est déjà là ? C’est le nouveau terrain de Loïc Touzé. A suivre.

Visuel :© Cosimo Terlizzi

Duchamp, l’anartiste : l’exposition commémoration au musée des Beaux-Arts de Rouen
Rien ne va plus! Mais l’élégance est là, dans le Joueur à l’Opéra des Flandres
Claudia Lebon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *