Danse

Les fragments de vie de Carolyn Carlson au CNN de Roubaix

Les fragments de vie de Carolyn Carlson au CNN de Roubaix

04 avril 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Synchronicity est le nom de la nouvelle création de la chorégraphe. Bien implantée dans la ville « la plus pauvre de France », elle en a fait la cité où vit la danse contemporaine.

Le Centre National Chorégraphique semble avoir résolu l’insoluble équation de l’implication du public par une démarche qui semble évidente : créer des spectacles avec les habitants. Depuis trois ans, le CNN organise des ateliers d’écriture et de danse en compagnie de Cristina Santucci, chorégraphe et interprète de Carolyn Carlson et de Sophie Razel, animatrice d’ateliers d’écriture. Au fur et à mesure, face aux difficultés rencontrées l’idée est venue d’avoir comme objectif un spectacle. Cette année il se nomme « à ton image » et il sera donné les 14 et 15 avril. Les élèves de l’école du CNN partageront alors le plateau avec les roubaisiens. Cette saison le travail a porté sur le thème de la relation à l’autre.

Mais pour l’instant, c’est la troupe de Carolyn Carlson qui occupe l’espace.

« synchronicity » est un mot inventé par le psychanalyste Carl Jung. Il définit « deux ou plusieurs évènements simultanés dont la coïncidence peut bouleverser l’existence de celui qui les perçoit. »

Sur une bande son digne d’un film hollywodien où Tom Waits croise Purcell, Dylan et Leonard Cohen, les portes s’ouvrent sur des rencontres, des séparations, des solitudes, des abandons. La première image est celle d’une incarnation de Pina Baush, elles sont fines et grandes dans leurs longues robes en soie, elle croisent des hommes en noir, le tout dans une pénombre classieuse où les portes coulissent comme par magie.
Ces portes telles des transitions nous amènent aux tableaux suivants, une quizaine en tout qui sont autant de solo, pas de deux, quartet ou scènes de groupe pour les neuf danseurs de la troupe.

L’effet est un clip infini, d’une beauté rare. Cette sensation de beau figuratif et non esthétisant vient du travail de répétition où Carlson a demandé à chaque danseur son moment de synchronicity. Pour une ce sera, face à un bidon d’un bas fond albanais , un solo tout en offrande. Pour une autre ce sera la coïncidence d’une horloge qui se stoppe au moment de la mort de son père.

Pour traduire l’intime et le rendre universel, la chorégraphe donne à voir des élans, des courses puis en alternance des moments de respiration avec, par exemple, le passage sublime de ces danseurs comme immobiles « coincés » derrière la seule porte statique du décor- ville où un mur et un trottoir permettent les rencontres et les séparations.

Synchronicity est peut être la proposition la plus accessible de l’artiste. Pourtant elle vient puiser pour elle dans des décenies de recherche spirituelle. Celle qui se définit comme un chamane realise ici une communion Bouddhique où le cercle continue de se former dans un éternel recommencement. Elle tire aussi sa source du paradis chrétien dans une « scène » d’ange où le pain se dévore comme en suspension.

Ce voyage dans l’inconscient fonctionne dans une alliance de chansons, d’images semblant tirées de films et de la sincérité de ces interprètes prodigieux. La technique est ici au service de l’âme et des ses truchements. Chacun repartira avec son tableau, nous garderons un solo « jaune » disant toute la tristesse d’un corps face à un drame.

Douce rage. Beau spectacle.

(c) Visuel : Olivier Madar Secteur M

Triomphe de La Création pour les 20 ans d’Accentus
Sorties Ciné du 4 Avril 2012
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

2 thoughts on “Les fragments de vie de Carolyn Carlson au CNN de Roubaix”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *