Danse

Le WIP à la Villette jusqu’au 25 février :l’artistique et le monde arabe

Le WIP à la Villette jusqu’au 25 février :l’artistique et le monde arabe

20 février 2012 | PAR Clementine Athanasiadis

Depuis le 4 février, le WIP a ouvert ses portes à la Villette. Ce nouveau lieu permanent dédié aux expressions de la diversité culturelle et artistique affiche un programme chargé pour les mois à venir.  Ce premier « Made in WIP » est l’occasion de porter un coup de projecteur sur la vitalité artistique du monde arabe en mutation et en désir de démocratie. Il fait écho à la prise de conscience collective qui agite aussi nos modèles occidentaux. Théâtre, chorale, danse, film, débat ; autant de propositions au plus près de l’actualité pour dialoguer à travers la Méditerranée avec l’Egypte, le Liban, la Tunisie et ailleurs.

Du lundi au 20 au samedi 25 févier

Al Tamye, compagnie égyptienne basée au Caire depuis 2002 propose au WIP Villette The Choir project. Cette chorale composée d’amateurs de Paris et d’Ile-de-France expriment les rêves et les indignations. Les performances d’Al-Tamye combinent plusieurs formes artistiques : poésie, musique live, conte ou encore art vidéo. Sa philosophie repose sur la croyance que toute histoire, aussi simple soit-elle, possède un degré de pertinence et que chacun a quelque chose de singulier et d’important à dire. Partant de cette idée, à la manière d’activistes, les membres d’Al-Tamye ont essayé de partager leurs propres histoires et expériences avec les autres membres de leur société. Lundi 20 à 20h/ Entrée 10 euros et 8euros pour – de 26 ans et sur présentation de la carte Villette.

Dès 20h, venez découvrir Wagons libres, une création théâtrale franco-libanaise. En 2000 Sandra Iché écrit une histoire de l’Orient-Express, magazine francophone beyrouthin des années 90 fondé et dirigé par l’historien et journaliste Samir Kassir. En 2010, elle mène une nouvelle série d’interviews avec les anciens du journal, mais les entretiens ont lieu en 2030 et depuis ce 2030, nous nous souvenons d’aujourd’hui. Le souvenir, habituellement lieu de la nostalgie, est devenu outil de remise en jeu du présent : des paysages, des alliances géopolitiques, des modes de vie inédits ont été esquissés. Wagons Libres se frotte à cette question multiple : « Comment se fait l’Histoire ? Comment la faire ? Comment la dire ? ». Et adopte un double parti-pris : politique et stylistique. Profiter de l’espace du théâtre pour faire le choix poétique d’une perturbation chronologique. Le mardi 21 et le mercredi 22./ Entrée 10 euros et 8euros pour – de 26 ans et sur présentation de la carte Villette.

Radhouane El Meddeb, Tunisien expatrié, sera sur scène pour une performance dansée qui place au centre les évènements de 2011 qui firent basculer la Tunisie  de Ben Ali.  Submergé par la frustration de ne pouvoir être qu’un spectateur de ces évènements, Radhouane El Meddeb met en scène dans Tunis, le 14 janvier 2011, cet état d’urgence et interroge la capacité du corps à incarner une multitude de sentiments mêlés allant de l’euphorie au choc brutal et la peur. Lundi, vendredi et samedi à 20 heures.

Retrouvez deux spectacles pour une soirée danse au WIP. La jeune compagnie lilloise de Karim Ahansal confronte désirs utopiques et tensions révolutionnaires. Le danseur – chorégraphe tunisien Hafiz Dhaou, quant à lui, livre en solo une ode à la vie et à la liberté. Bouleversé par les soulèvements du monde arabes, Karim Ahansal, jeune chorégraphe lillois, décide à son tour d’emmener 5 danseurs sur les chemins de la révolution. Fidèle à sa démarche, il marie gestuelle hip-hop et interprétation, cherchant les points de connexions, les énergies mutuelles, entre chaque identité chorégraphique. En s’appuyant sur la citation de Robert Rosentone « la révolution, c’est une tentative pour faire aboutir les rêves », le chorégraphe porte une réflexion sur les enjeux et les violences des révolutions actuelles. Vendredi et samedi à 20heures/Entrée 10 euros et 8euros pour – de 26 ans et sur présentation de la carte Villette

Samedi 25 février à 14h30 la WIP vous propose une rencontre publique autour de la façon dont les pratiques artistiques des scènes contemporaines indépendantes de Tunisie, d’Egypte et d’ailleurs traversent ou répercutent les bouleversements politiques du monde arabe. Le débat sera animé par Pierre Haski, journaliste, cofondateur et président de Rue89. L’entrée est libre .

Samedi 25 février, Khaled projette son film Microphone, portraits de musiciens non professionnels et d’une génération d’artistes d’Alexandrie. C’est en revenant dans sa ville natale que Khaled découvre la scène underground, les performances hip-hop sur le trottoir, les musiciens rock sur les toits et les gaffeurs qui s’emparent de la ville la nuit tombée. Captivé par la diversité de leurs créations, il décide de consacrer ses maigres ressources et ses espoirs en soutenant ces nouveaux talents. Il ne faut pas longtemps pour que sa vie professionnelle et personnelle soit totalement immergée dans la musique, le cinéma et l’art, un mouvement d’autant plus extraordinaire qu’il n’est pas né au Caire, capitale trépidante de l’Egypte. 25 févier a 11h/ Entrée libre

Pour toutes informations supplémentaires, rendez vous sur le site

Alain Seban est reconduit à la tête du Centre Pompidou
Oslo 31 Août, thriller psychologique signé Joachim Trier ( en salles le 29/02/12 )
Clementine Athanasiadis

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *