Danse

De Richard II à Richard II au sujet à vif

23 juillet 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le sujet à vif, ex vif du sujet propose dans les jardins de la vierge deux fois une demi-heure autour de la danse. Avec les années, la forme a accueilli en son sein du théâtre et de la performance. Le programme C propose en ce moment l’une des meilleures éditions de ce rituel. Pour vous plonger dans l’histoire dansée et parlée du festival, courrez prendre des places.

La passion d’Avignon, de génération et génération aurait pu être le titre « D’une semaine d’art en Avignon ». Sur un panneau blanc, tout le festival est jeté « 1947 », « Flip book », « Bagouet » ….En avant scène, un grand ventilateur nous rappelle que l’invention de Vilar, c’était avant tout le Mistral.


Une voix raconte « lycée Mistral ( jour) académique violet en guêtre jaune Cunningham». Cette voix c’est celle de Léone Nogadère qui joua dans la cour d’honneur la reine, en 1947, dans le premier Richard II. Elle est sur scène, avec sa fille, Catherine Legrand et  Olivia Grandville, ex-opéra de Paris. Les deux danseuses ont fait partie de la compagnie de Bagouet. Toutes les trois  racontent 64 ans de festival à travers leurs histoires personnelles. A l’appui, petites photos, grands récits et  pics sur le monde du théâtre dans ses grands et petits événements.

Les danseuses sont formidables et nous promènent dans des monuments chorégraphiques. Le fil conducteur est le duo de Desert d’amour de Dominique Bagouet auquel elles ajoutent deux citations chorégraphiques : le sacre du printemps par Pina Paush et Bejart. Commencer une journée de festival à 11H par les mouvements mythiques de la danse contemporaine, sur fond de nostalgie est une idée merveilleuse. A découvrir vite, très vite, jusqu’au 25 juillet.

Jardin de la vierge Saint Joseph, 11H, 24 et 25 juillet, programme C, 13 et 17 €

François Orsoni mène le Baal au festival In
Charlotte Gainsbourg sur scène
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture