Danse

Le Théâtre de la Ville aux sensuelles couleurs du Faso

02 juin 2009 | PAR marie

salia-sanou-seydou-boro

Au son d’une seule voix (mais quelle voix !), celle de Djata Melissa Ilebu, combattent les lutteurs… qui se font tour à tour bêtes sauvages, pantins désarticulés ou faibles êtres de chiffons face aux forces naturelles… Mais ce qui les activera, eux et les leurs, ce qui donnera le vrai coup d’envoi du spectacle, ce sera l’entrée en scène du djembé…. très vite accompagné par le balafon, le tambour d’aisselle et  le ngoni. Ni dans le son ni dans les gestes, encore moins dans le décor, point de transcendance, point de mouvement aérien : les danseurs de Salia Sanou et Seydou Boro ont les maladies des terriens, comme eux ils s’écroulent, se battent et se jalousent, et parfois, mais c’est aussi rare qu’une apothéose, levant le nez de leur poussière, ils se relèvent ensemble. Un spectacle, ocre, rouge et or. Sensuel. A voir !

Salia Sanou Seydou Boro Poussière de sang au Théâtre de la Ville les 2, 3, 5 et 6 juin 2009 Tarif A allant de 23 à 12 euros.

réservation sur le site du Théâtre de la Ville

La tragédie de l’Airbus A330 fait changer la programmation d’une série de TF1
Les tutus vous émoustillent ?
marie

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *