Danse

Au festival June Events, on fête les 60 balais de Daniel Larrieu avec « Littéral »

Au festival June Events, on fête les 60 balais de Daniel Larrieu avec « Littéral »

19 juin 2017 | PAR Victoire Chabert

Pour ses 60 ans, alors qu’il n’avait pas proposé de nouvelles pièces depuis plusieurs années, Daniel Larrieu a donné au June Events « Littéral », un ballet pour six interprètes.

La pièce de Daniel Larrieu met en scène son soixantième anniversaire bien qu’elle n’en fasse pas, précise-t-il, son objet premier. Il a décidé de s’en amuser et joue simplement du fait, comme le montre la scénographie ironique de soixante balais suspendus au-dessus du plateau. Ce plateau, Daniel Larrieu y danse et en est maître. Les jeunes interprètes qui complètent le tableau semblent se caler sur ses pas et ses mouvements. Toute la danse de Daniel Larrieu est là, tout est dans le détail, les déplacements sont millimétrés et le grain de folie toujours présent. Pour fêter ses 60 balais, le chorégraphe en met donc en scène un bouquet, en paille de sorgho, qui prendront entre les mains des six danseurs toutes les positions pour former « un véritable corps de balais ». Sculptures flottantes, objets quotidiens, signe artisanal, ces accessoires rappelleront la beauté de la vie ordinaire, du geste juste sur le fil des trois courtes parties qui compose « Littéral ».

Pièce en trois actes, « Littéral » se développe selon trois univers musicaux différents pour retracer l’histoire de la vision du mouvement et de l’écriture chorégraphique qui a toujours été celle de Daniel Larrieu. La première se présente sous la forme d’un solo de dix minutes interprété par Daniel Larrieu pour lequel ce dernier a conçu ce qu’il appelle « une sorte de partition singulière » annonçant la troisième et dernière pièce. Ce solo est suivi d’une pièce de trente minutes écrite par le compositeur Quentin Sirjacq dans laquelle chaque danse révèle une chorégraphie minimaliste et découpée. Cette même commande musicale est complétée dans la dernière pièce par la partition originale de Karoline Rose.

Nostalgique, envoûtant, drôle et inspirant, « Littéral » n’est pas le récit d’une vie mais, davantage, la volonté affirmée de « rappeler l’importance d’une démarche plus proche des poètes, discrète, bâtie par la seule force du geste et du mouvement en construction. »

Visuels: ©Benjamin Favrat

 

 

L’agenda culture de la semaine du 19 juin
Chansons pour canicule 
Victoire Chabert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *