Cirque
Héritier de Houdini et David Copperfield, Enzo l’insaisissable redonne au spectateur son âme d’enfant.

Héritier de Houdini et David Copperfield, Enzo l’insaisissable redonne au spectateur son âme d’enfant.

04 novembre 2015 | PAR Jean-Christophe Mary

Sur la scène du Casino de Paris, Enzo nous a offert une heure quinze d’illusions, de poésie, de prouesses techniques, d’humour et d’artifices aussi modernes que bluffant.

Mais qu’est-ce que l’illusion ? Après Dani Lary, Eric Antoine et Kamel Le Magicien, l’Enzo l’insaisissable nous a donné la réponse avec ce show bluffant qui mêle performance, humour, poésie et grande illusion.

Et comme nous, vous allez tomber dans le panneau de ses tours : évasion d’une boite bourrée de dynamite, femme coupée en deux, lévitation dans les airs, création d’un champ magnétique pour voyager dans le temps, percer le secret de la pensée, disparitions- apparitions énigmatiques d’ampoules et de partenaires, et apparition sur scène …d’un véritable hélicoptère! Les numéros s’enchaînent à la vitesse de la lumière et c’est spectaculaire. Comme chez Arturo Brachetti, autre grand maitre de l’illusion, le fil rouge du show est construit autour du thème de l’enfance. Le mécanisme est bien rodé. Enfant, Enzo est un petit garçon solitaire qui s’est coupé du monde rêve sa vie et imagine ses futures créations. Sans relâche, il cherche des solutions pour créer des choses irréalisables.

Sitôt une enfermé dans une boite métallique apparemment, le champion de l’évasion ressort de celle-ci, en un clin d’œil pour apparaître assis côté cour ou jardin. Dans ce décor à la Star Trek où la mise en scène est réglée au millimètre, l’illusionniste réussit à tenir en haleine son auditoire, à lui faire écarquiller les yeux au moyen ses bobines Tesla et leur champ électromagnétique d’une puissance de plus de 10 millions de volts qui lui permettent de traverser l’espace-temps. Une chose est sûr : durant 75 minutes, Enzo s’amuse avec le public du Casino de Paris qui lui en redemande. Reprise du 05 au janvier aux Folies Bergère.

Les Folies Bergère. 32 rue Richer, 9 e. Tél. 01 44 79 98 76.

Le Cours Florent s’américanise
Les métamorphoses de Julien Salaud
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *