Cirque
« La Verita », du théâtre élégant et poétique autour de Salvador Dali aux Folies Bergères

« La Verita », du théâtre élégant et poétique autour de Salvador Dali aux Folies Bergères

02 juillet 2015 | PAR Yaël Hirsch

Du 10 juin au 5 juillet, la compagnie Finzi Pasqua montre aux Folies bergères un spectacle de crique poétique et follement élégant autour d’une oeuvre retrouvée de Dali. Créateur de Corteo au cirque du Soleil, de Rain et Nebbia au cirque Éloize et concepteur des cérémonies de clôtures des J.O. de Turin et Sotchi, Daniele Finzi Pasqua réalise avec La Verita un projet follement intime, original et poétique. Un enchantement !

[rating=5]


C’est en recevant une boite contenant les costumes dessinés par Salvador Dali pour un spectacle dans les années 1940 à New-York que Daniele Finzi Pasqua commence à imaginer un spectacle qui mêlerait acrobatie, surréalisme et poésie. On est en 2011 et ce n’est qu’en 2013, à Montréal que le projet vient à la vie. Sur la scène sulfureuse des folies Bergères, le spectacle commence et se termine par des numéros de revues respectivement très « trucs en plume » et « cancan ». Du frou-frou, donc, mais revu à la lumière du cirque, à renforts de cerceaux et jeux d’équilibres. Clin d’œil discret à Fellini, les danseurs-acrobates portent tous des robes, hommes ou femmes, pour les scènes de groupe. Mais rien d’outré dans cet accoutrement : c’est juste que les plumes et la tulle, ça virevolte joliment!

Fellini, Italie, on est bien du côté de la Comedia Dell’Arte dans cette Verita qui n’est autre que réflexion barque sur ce trompe l’œil qu’est le spectacle. Au fur et à mesure qu’une scène de vente aux enchères loufoque d’une toile de Dali retrouvée (Tristan et Isolde) progresse, au fur et à mesure que les numéros s’enchaînent, les prouesses scéniques ne mènent que vers une seule vérité : le gout indépassable des bonbons à la menthe cachés par un père sur le chemin de sa fille. Côté texte, l’honneur est à la poésie en 3 langues, côté scénographie, tout n’est qu’élégance : taffetas rouges, blancs et argentés, une pointe de bleu de la robe de la vierge, et des néons portés à bout de bras pour rajeunir le genre de la vanité.

Côté cirque, quelle claque ! Les numéros les plus classiques (trapèze, cerceaux, jonglage, tambour, clown) sont tous revisités avec une classe et une ingéniosité folles. Mais on a aussi le bonheur de voir des numéros fous de roller, de changements éclairs derrière les ailes d’un ange, de figures libres sur structure mouvante, et de pole dance très athlétique. Tous les athlètes font des efforts l’air de rien, et n’oublient jamais d’être en même temps comédiens et chanteurs. Car les voix aussi sont magnifiques dans cette Verita époustouflante où la musique passe de l’Agnus Dei au Djembé et unifie néanmoins les scènes avec infiniment d’harmonie.

On reste devant le spectacle muet et fasciné comme un enfant, et l’on prend de plein fouet le travail, la créativité et l’émotion que ce spectacle immense porte avec lui. A voir d’urgence !

Visuels  : ©Viviana Cangalosi

Infos pratiques

Fondation Pierre Gianadda
J1 Marseille
CONSULTANTE-AL

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *