Musique

Yules et Bjørn Berge : du folk et du blues au menu du New Morning le 20 novembre

18 novembre 2010 | PAR Mikaël Faujour

Yules, notre duo chouchou (on vous a causé de leur concert au China en juin, leur très bel album en octobre), tenant d’une pop folk classe et mélodieuse à plaisir, sera de passage au New Morning. Il assurera en effet la première partie d’un artiste de choix, l’excellent bluesman norvégien Bjørn Berge.

Il est des disques qui suscitent un enthousiasme passager, que l’on oublie vite. Il en est d’autres qui laissent une trace dans la tête, par leur étrangeté, leur nouveauté, leur simplicité ou leurs mélodies. Strike a Balance, deuxième album des frères Charret (autrement dit : Yules) appartient clairement à la deuxième catégorie, celle des albums qu’on écoute et réécoute avec un plaisir renouvelé. Parce que cet album, aux compositions variées et doucettement mélancoliques, est hanté de mélodies mémorables qui font leur nid dans le crâne. À rebours de l’idée répandue qui voudrait que la nouveauté soit gage de qualité, Yules montre combien la tradition a du bon, pourvu qu’il y ait du cœur et du savoir-faire. Et ces deux-là savent y faire : il n’est que d’écouter des bijoux comme « Absolute Believer », « For Salvation », « Life As a Race » ou « A Silent Journey », pour s’en convaincre (vous pouvez écouter l’album sur Deezer).

Le groupe aura l’honneur de jouer en première partie du bluesman de brio Bjørn Berge, venu de Norvège, cet Eden de la création musicale. Tenant d’un blues électrique dépouillé (guitare, voix et baste) de haute tenue, débordant de vitalité et d’énergie, ce géant d’un double-mètre aux airs de hard rockeur est bien connu des amateurs de blues contemporain. Maîtrisant à merveille le picking, l’homme développe un jeu de guitare où son impressionnante technique ne flirte jamais avec la démonstration stérile de guitar hero. En fait, dans ses compositions personnelles comme dans ses nombreuses reprises (parmi lesquels « Ace of Spades » de Motörhead ou « Give It Away » des Chili Peppers), on sent surtout une jubilation communicative, irrésistible, qui caractérise cet artiste très affable.

New Morning, 20 novembre, 20h
7-9 rue des Petites Ecuries
M° Château d’Eau (ligne 4)

Infos pratiques

Du sang-froid et de l’effroi dans Jules César par Arthur Nauzyciel
Tony Gatlif révèle quelques secrets de tournage à l’occasion du festival CinéBanlieue
Mikaël Faujour

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *