Musique

Vidéo buzz du moment : Balatman, « L’O2 mon bain baisse »

31 mars 2010 | PAR Mikaël Faujour

L’écologie est décidément un thème à la mode pour se faire connaître, faire rire ou pour faire de l’argent, ce qui revient souvent au même. Avec ce dernier buzz comique, Sylvain « Balatman » Jeanneau ajoute sa bulle « décalée » et fait déborder… la baignoire.

L’impayable Antoine Tomé avait déjà signé, fin 2007, un gros buzz sur la toile, avec le faux projet musical Les Enfants du Phare et son surréaliste « Terre, tu peux compter sur moi », précieux monument de nanardise musicale. Quelques mois plus tard, l’affaire s’avérait une pub pour une bagnole « écolo »…

Plus récemment, le grand, le pur Pascal Obispo, jamais à court de bataille politique à mener et prenant son courage à deux mains se changeait, tel Clark Kent devenant Superman, en Captain Samouraï Flower (on est presque encore dans l’humour involontaire, donc le nanar… sorte de descendant du Hamlet de Johnny Hallyday, cf. « Je suis fou comme une tomate / Je ne tiens plus sur mes pattes »…).

Autant dire que l’écologie prête flanc à toutes sortes de récupération, argument marchand pour le commerce « responsable » ou pedigree politiquement correct (voir, entre autres, le cas Bono-Faites-ce-que-je-dis-mais-pas-ce-que-je-fais)… Et, dans notre belle époque rigolarde ou tout finirait par s’effondrer sur soi-même comme les tours du WTC dans un grand rire imbécile, l’humour et la parodie ne pouvaient manquer de se saisir de ce sujet. C’est peut-être là l’intelligence des galériens du spectacle, des tout petits talents sans avenir, que de sentir le vent de l’époque et se lancer dans un tube ou un buzz, espérant en tirer profit.

Alors, voici donc la vidéo comique du moment : Balatman, sorte de super héros hu-mo-ri-stique, qui interprète « L’O2 mon bain baisse ». Délire électro déglingo qui singe Katerine, paroles vaguement comiques, vidéo relativement drôle… Voyez par vous-même.

L’album de Jónsi à l’écoute en streaming avant la sortie
Labiche monté comme un cauchemar
Mikaël Faujour

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *