Musique

TOTEM(s), un nouveau théâtre musical à la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon

TOTEM(s), un nouveau théâtre musical à la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon

27 juillet 2018 | PAR Christophe Candoni

A l’occasion des soirées Totem(s) données en ouverture des rencontres d’été à la Chartreuse de Villeneuve les Avignon, une passionnante pérégrination musicale s’offrait sous le signe de la création contemporaine expérimentale.

Mis en place il y a quatre ans, toujours accompagné par le duo Catherine Dan, directrice des lieux / Roland Auzet, compositeur-metteur en scène, et soutenu depuis son origine par la SACD, Totem(s) assume parfaitement sa stimulante vocation expérimentale. Le projet s’axe sur la recherche de nouvelles écritures pour un théâtre musical d’aujourd’hui. Les écritures produites et présentées cette deuxième édition se sont révélées riches d’inspirations aussi variées que pointues, principalement opératiques mais également empruntes d’accents plus rock ou jazzy.

De jeunes auteurs et compositeurs francophones ont été invités à se rencontrer et à imaginer des formes brèves excédant pas une demi-heure. Il faudrait tous les citer : Wilbert Bulsink, Nuno da Rocha, Antoine Fachard, Julien Guillamat, Jamie Man, Justina Repeckaité et simon Vosecek à la composition musicale et Clément Bondu, Kevin Keiss, Douna Loup, Gwendoline Soublin, Yann Verburgh et Catherine Verlaguet à la rédaction des livrets. En binômes, ils ont conçu et produit, en quelques jours de travail seulement, des petites formes inédites, six maquettes de projets très différents les uns des autres, soumis à un jury de professionnels et présentés au public dans les somptueux espaces extérieurs de la Chartreuse.

Les pièces proposées sont autant de rapports au monde, de visions d’horreur ou de beauté mêlées, souvent questionnantes, bouleversantes. Elles s’apparentent à un voyage parfois obscur qui dit avec humour et effroi le chaos de la vie moderne pour se conclure sur une post-apocalypse absolument envoûtante.

Si l’on ne perçoit pas toujours suffisamment la portée théâtrale des textes elliptiques proposés par les jeunes auteurs, c’est bel et bien du tissu sonore que le drame naît d’une manière quasi hyperbolique qui maximalise les émotions. L’ensemble AskolSchönberg ne compte que sept musiciens mais emporte l’auditeur dans un flux musical saisissant sous la direction habile, ductile et vibrante de Joey Marijs à l’exploration de climats effervescents pleins de mystères, d’onirisme, de nervosité ou de mélancolie. Incantatoires, explosives, les pièces vont du plus planant au plus anxiogène. Les musiciens, chanteurs et instrumentistes, les cuivres fiévreux ou les cordes acérées, rendent compte avec éloquence des richesses harmoniques. De la petite formation, se distingue l’excellent Noè Rodrigo Gisbert, instrumentiste particulièrement sollicité dans des ouvrages très percussifs qui résonnent dans la Chapelle ou déchirent la nuit tombante sur le Grand Cloître.

Littérature, théâtre, chant, musique, toutes les formes poétiques et artistiques s’expriment ainsi à l’unisson. Et c’est ce qui fait la gageure et la nécessité d’un projet qui affirme fièrement l’alliance fructueuse des arts. Face à la découverte d’un jeune et dynamique théâtre musical d’aujourd’hui déployé avec autant d’invention et d’exigence, l’enthousiasme est au rendez-vous.

Totem(s) les 6, 7 et 8 juillet 2018 © Alex Nollet/La Chartreuse

BRUNO MESSINA CHARGÉ DE LA CÉLÉBRATION DU CENT CINQUANTIÈME ANNIVERSAIRE DE LA MORT D’HECTOR BERLIOZ 
Gergiev, Maître de Verbier dirige le VFO dans Adriana Lecouvreur
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III).Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *