Rap / Hip-Hop

Décès de Mac Miller: TouteLaCulture retrace son épopée musicale en 5 titres

Décès de Mac Miller: TouteLaCulture retrace son épopée musicale en 5 titres

08 septembre 2018 | PAR Donia Ismail

Le rappeur de Pittsburgh a été retrouvé mort à son domicile des suites d’une overdose. Avec cinq albums et aux dizaines de mixtapes, Mac Miller a su s’inscrire comme l’un des artistes les plus doués de sa génération. Retour sur son parcours en musique.

C’est durant la nuit — en France — que la nouvelle circule. Le rappeur de 26 ans, Mac Miller, serait mort, n’ayant pas survécu à une énième overdose. Ce qui n’était qu’une rumeur lancée par TMZ, s’avère être confirmée très rapidement par les proches du rappeur de Pittsburgh. Il laisse derrière lui, une carrière folle et des fans chamboulés qui pleurent la mort de leur idole. Très rapidement sur les réseaux sociaux, les eulogies et les messages tendres de confrères, rappeurs qu’il a lancés, épaulés, se sont multipliés. Tous renvoient au génie musical qu’il était. Car si l’on devait définir le talent et la virtuosité de Mac Miller en un mot se serait « versatilité ». Jamais aucun artiste n’a pu changer de peau, de genre, de concept, et se réinventer perpétuellement au fil de ses albums. Là où certains rappeurs de la nouvelle génération resteraient volontiers dans un gangasta rap florissant, joyau commercial pour les équipes de marketing, lui se challenge, se défit de faire toujours mieux. Et c’est toujours aussi réussi. Même s’il est difficile de réduire un artiste aussi changeant en si peu de chansons, TouteLaCulture rend hommage à Mac Miller en retraçant son épopée musicale en cinq titres.

Dang! ft. Anderson .Paak

Histoire de prolonger les vacances de quelques minutes, on vous présente l’une des pépites de  l’opus The Divine Feminine (2016), ode à la femme et réel souffle d’air frais sur un univers rap parfois vieillissant. Car c’est ça aussi Mac Miller: au hip-hop dénonciateur, parfois incisive, il se laisse aller à de petites folies, groovantes. Au style parfois survolté de Mac Miller, se mêle la douceur d’un Anderson .Paak funky à souhait. Du soleil et de la bonne humeur réunit en une seul hit.

The Way – Ariana Grande ft. Mac Miller

Beaucoup moins impressionnant sur un plan musical, The Way (2013) reste l’un des duos marquants du rappeur de Pittsburgh. Et puis on ne peut se pencher de suivre le rythme ensorcelant de cette balade amoureuse hip hop. Mac Miller partage l’affiche avec la chanteuse aux millions de disques vendus et son ex-petite amie, Ariana Grande, dont la séparation a fait les titres de la presse people outre-Atlantique.

Self Care

L’album, Swimming (2018), en lui-même était un réel contre-pied musical. Dévoilé quelques semaines avant la mort tragique du rappeur, Mac Miller y opérait une réelle introspection aussi bien musicale, que de sa vie. Il y fait face à ses démons, ses addictions, avec maîtrise et honnête.  Alors que l’album présentait un espoir de guérison (comme on le disait dans la sélection de musique de l’été), « I was drowning, but now I’m swimming » (Je me noyais, à présent je nage), il semblerait que Self Care, dont l’intro à l’orgue reste planante, pesante mais surtout angoissante, soit un appel à l’aide…

Weekend ft. Miguel

Réel tube dès sa sortie, avec plus de 150 millions streams sur Spotify, Weekend (2015) rassemble deux voix, deux styles mais surtout deux caractères, Mac Miller et le chanteur californien à la voix mielleuse Miguel. À son habitude, ses chansons sont le reflet de sa vie, de ses amours mais surtout de ses addictions. Dans Weekend, rap dur et pur, enveloppé par des notes de jazz, il raconte à sa manière, la façon dont il surmonte le stress durant la semaine, son manque de semaine. « Getting high to deal with my problems » (je me défonce pour gérer mes problèmes).

Donald Trump

On pourrait penser que Mac Miller ait dévoilé cette chanson il y a quelques semaines, si ce n’est quelques mois. Eh bien non. Après avoir sorti plusieurs mixtapes et un remix officiel du tube planétaire des Maroon 5 « Moves like Jagger », Miller s’est lancé à la conquête du grand public en 2011 avec un premier titre, sulfureux mais si réussi, qui vise l’autrefois businessman Donald Trump.

visuel: © pochette de l’album Swimming

« Les Nuits d’Ava », de Thierry Froger : et vive le cinéma !
Partons en voyage avec Philippe Brunel Acoustic Band
Donia Ismail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *