Rap / Hip-Hop

Avec Muthoni Drummer Queen, le hip-hop kenyan s’invite sur la scène du Badaboum

Avec Muthoni Drummer Queen, le hip-hop kenyan s’invite sur la scène du Badaboum

22 mai 2019 | PAR Laetitia Zicavo

Hier soir, se produisait dans la salle du Badaboum la talentueuse Muthoni Drummer Queen. Chanteuse, batteuse, rappeuse, l’artiste kenyane a réchauffé les cœurs des parisiens leurs offrant une belle performance.

Le concert commence avec la première partie assurée par le groupe Fokn Bois. Entre afrobeat entraînant et rythmes caribéens inspirants, le duo de frères accompagné d’un musicien fini en beauté sa performance avec le titre « Account balance ».

L’arrivée très remarquée de Muthoni Drummer Queen, ou MDQ, sur scène se fait sur « Squat up ». Son crew ce soir se compose de deux danseuses, deux chanteuses faisant les chœurs, un musicien et deux jeunes suisses, musiciens, danseurs, performers, ils ont le visage masqué et sont vêtus de noir tandis que MDQ arbore une robe, mi-guerrière mi-déesse. Le ton est donné : Muthoni Drummer Queen veut nous faire danser : son « it’s gonna be a party ! » ne semble pas nous laisser le choix.

La chanteuse montre tout son potentiel vocal sur des morceaux comme «  Baby don’t go ». Sa voix chaude et claire se prête aussi bien au rap qu’aux mélodies demandant de la puissance. Durant un interlude assuré par les deux frères suisses francophones, MDQ nous démontre ses talents de batteuse. Sur « Lover », Muthoni drummer queen nous invite à visiter Nairobi, capitale du Kenya, d’où elle est originaire et nous apprend quelques mots en Swahili, langue kenyane, utiles afin de lui répondre sur le refrain, elle fait de même pour le titre « Nai Ni Ya Who ».

Elle déploie une énergie et une bienveillance communicative sur scène. Tout dans le partage, la chanteuse échange avec son public sur son expérience, le sens de ses chansons, ses espoirs d’un monde meilleur. Après une introduction expliquant que la chanson est contre toutes les injustices, la chanteuse interprète « Million Voice », son titre phare, du hip-hop urbain aux rythmiques reggae. Muthoni nous parle de son expérience de couple, nous priant de croire en nous, de ne pas nou acharner dans une relation dans laquelle l’autre nous rabaisse. Si tel est le cas, il est alors temps de lui dire « No More ».

Son titre « Suzi Noma » sur l’amitié, que l’on se doit de cultiver pour en faire une construction transcendante, est interprété avec brio par la chanteuse. Puis il est repris après un rappel bruyant qui montre le succès qu’a rencontré ce soir Muthoni Drummer Queen sur la scène du Badaboum.

Alerte à la suppression d’émissions phares chez France Musique
Cannes 2019, ACID : « Take Me Somewhere Nice », trip halluciné à travers la Bosnie
Laetitia Zicavo

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *