Pop / Rock

H-BURNS tire son bilan dans « Midlife » [Interview]

H-BURNS tire son bilan dans « Midlife » [Interview]

30 mars 2019 | PAR Kevin Sonsa-Kini

Midlife est le quatrième album studio d’H-Burns sous le label Vietnam/Because Music. Après Off the Map en 2013, Night Moves en 2015 et Kid We Own The Summer en 2017, l’artiste revient en 2019 avec 12 titres plus personnels. Il en dit plus dans cette interview. 

Propos recueillis par Kevin Sonsa-Kini

Toute La Culture: L’album Midlife est disponible depuis le 29 mars. Le titre est-il une allusion à la crise de la quarantaine ? 

H-BURNS: Je vais avoir 40 ans au mois de juillet. J’estimas que c’était le bon moment pour moi de me poser les questions que je ne me posais pas il y a dix ou vingt ans. L’album parle des rencontres vécues, des amis perdus de vues , des bonnes et mauvaises choses que j’ai connu. Le titre Midlife est aussi une réflexion que j’ai posé sur moi-même, ma ville d’origine et mes potes d’enfance. J’ai fait un petit bilan de tout ça en essayant de le prendre avec un peu d’ironie. 

C’est votre septième album studio et le quatrième sous le label Because Music. En quoi il est différent comparé aux précédents ? 

J’ai enlevé toute la partie pré-production notamment les sons des claviers et les morceaux instrumentalisés. L’enregistrement s’est plus fait sur bandes sonores. Cet album est plus axé sur ma voix que sur la production générale. Je dirais que c’est plus un disque de songwriter qu’un disque de pop en lui-même. 

Un premier clip avait été dévoilé sur YouTube, c’est celui de « Crazy Ones ». Dans quel endroit a été tourné ce clip et qui en est le réalisateur ? 

Le réalisateur s’appelle Marc Cortès. Il a la même passion que moi pour la musique indépendante des années 90. Ensemble on a voulu créer une ambiance d’Amérique profonde en tournant ce clip dans un mobil-home en région parisienne. 

Dans cet album on y retrouve la chanteuse Kate Staples dans le titre « Sister ». Comment s’est faite la rencontre et la collaboration avec la chanteuse ? 

Kate et moi nous nous sommes rencontrés à l’occasion d’un hommage à Bob Dylan à la Cité de la musique. C’était il y a quelques années. Pour « Sister », j’avais envie d’une personne avec une force tranquille pour faire cette chanson avec moi et j’ai pensé à Kate. Elle est très partante pour les aventures. 

Ce titre a-t-il une signification particulière ? 

J’ai voulu faire un portrait de femme provinciale qui a des rêves d’ailleurs qui vont au-delà des frontières de la province. Ce titre est un regard bienveillant sur un portrait de femmes et je voulais partager cette chanson avec Kate. 

Parmi ces douze titres, quels sont selon vous les chansons les plus marquantes de l’opus ? 

Je pense que les deux premières : « Tigress »et « Actress » représentent la désillusion, le folk mélancolique avec un aspect beaucoup plus groovy. Il y a aussi la dernière chanson « Friends » qui me paraît être une conclusion essentielle. 

Vous serez à la Maroquinerie de Paris le 14 mai prochain. D’autres concerts à venir ? 

Nous serons en tournée à Caen, Angers, Clermont-Ferrand, Bordeaux…Ça commence à s’agiter de ce côté-là. On sera de passage à la Philharmonie de Paris le 4 juillet pour le Festival Days Off. 

H-Burns, Midlife (sortie le 29 mars 2019)  Vietnam/Because Music: 1. Tigress, 2. Actress, 3. Crazy Ones, 4. Sister, 5. Tourists, 6. Leaving, 7. Midlife, 8. Pretty mess, 9. Saturday, 10. Black Dog, 11. Dreamchaser, 12. Friends. 

Le roman graphique théâtral dont vous êtes l’héroïne « Noire »
Beethoven et van Dijk fondamentaux par le Quatuor Signum au Printemps des Arts
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *