Pop / Rock

[Chronique] « Thomas Fersen & The Ginger Accident » : un album yéyé

[Chronique] « Thomas Fersen & The Ginger Accident » : un album yéyé

21 septembre 2013 | PAR Yaël Hirsch

Nous l’avions intuitionné avec l’écoute du premier morceau Donne-moi un petit baiser, ce nouvel album de Thomas Fersen et du GingerAccident qui sort ce lundi 23 septembre chez Tôt ou tard, est carrément dans la ligne musicale et la spiritualité nonchalante d’un Jacques Dutronc. Un disque yéyé très frais donc, pour sortir couvert contre la grisaille de l’automne.

thomas fersenAux synthés répétitifs du titre inaugural  « Donne moi un petit baiser » Thomas Fersen et son Ginger Accident accolent une série de titres frais et mentholés où la désinvolture est un art de vivre dans la légèreté. Vocabulaire familier qui va avec les sonorités rétros, répertoire animalier et accents bad boys pour noircir les pointes des cheveux gominés, Thomas Fersen nous entraîne dans un univers acidulé et très french dandy. Les thématiques (boxe anglais, prénoms de copains…) empruntent à l’esprit des sixties et on y retrouve pas mal des mythologies de Roland Barthes.

Mais c’est la désinvolture qui l’emporte sur la nostalgie. Le temps d’un sifflement entraînant, « Les pingouins des îles » ( « On est posé / On est tranquille ») fait voyager au pays agréable de « je m’en fous » tandis qu’en bad boy par très loin d’un « Affranchi » dans la voix d’Alexis HK, Fersen prouve avec « Mes compétences » ou le plus mélancolique « Joe la classe » qu’il ne se prend pas au sérieux, même quand il joue les gangsters drolatiques… Mais si « mais oui mesdames » laisse croire qu’il est un serial séducteur, le macho élégant a tout de même du cœur puisqu’il se plaint avec humour dans son nouveau clip qu’il fait mourir les femmes d’ennui car il est trop gentil :  « Les femmes préfèrent les méchants / Les méchants sont plus alléchants / Les femmes préfèrent les salauds / Les salauds sont plus rigolos » (clip ci-dessous animé par Jean-Mathieu Tanguy). Et surtout, il clôt l’album avec une chanson poétique sur la bête à bon dieu « la coccinelle ». Et si la nonchalance n’était qu’une armure rouge à pois noirs pour se protéger des temps qui courent très vite?

Fersen et le Ginger Accident livrent un album bien ficelé, aux sonorités citronnées et yéyé et aux paroles riches en métaphores un peu enfantines. Ils seront en concert au Casino de Paris le 26 novembre.

Titres de l’album :
01 Donne-moi un petit baiser
02 Mais oui mesdames
03 Les pingouins des îles
04 Mes compétences
05 Jean
06 Qui est ce baigneur ?
07 La boxe à l’anglo-saxonne
08 Joe-la-classe
09 Viens mon Michel
10 Les femmes préfèrent
11 Coccinelle

Visuel : (c) couverture officielle de l’album
Page facebook de Thomas Fersen.

Les bêtes biscornues, saugrenues, toutes nues de Jean-Baptiste de Panafieu
L’anniversaire de Michaël Escoffier et Kris Di Giacomo
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *