Pop / Rock
[Chronique] « Popular Problems », le real blues de Leonard Cohen

[Chronique] « Popular Problems », le real blues de Leonard Cohen

18 septembre 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

« Slow », c’est ainsi que commence ce cadeau d’anniversaire. Le vieux Léo, 80 ans bientôt, nous dit que « la lenteur est dans son sang ». Alors, on se fond dans ces/ses problèmes, où le chanteur floué par Madoff nous parle de sa vie, des femmes, et même de sa mère. La voix et le talent sont là. Addictif.

[rating=5]

Leonard Cohen - Popular Problems

Popular Problems est son treizième album (hors live). Il sort le 22 septembre en France et le 23  aux Etats-Unis. Cet opus magnifique est coécrit avec le réalisateur Patrick Leonard. Cohen avait travaillé avec lui en 2012 pour Old ideas. Il invite aussi Charlean Carmon fidèle compagne de voix.

36 minutes seulement, pour neuf titres qui se déroulent comme un poème pour celui qui avait commencé ainsi sa carrière dans les années 60. Alors doucement il nous raconte que la vie est « Almost Like The Blues », il nous fait rencontrer « Samson In New Orleans »
à la douceur sombre, où il interroge la véracité des propos d’un ami, nous parle de liberté, puis nous fait traverser « a street » où là encore le vrai et le faux se troublent dans les magnums de champagne. Il jure qu’il ne sera plus jamais saoul, que la fête est finie. On a du mal à le croire, même si cette rue là est celle qui a vu tomber les Tours. Il interroge ensuite « Did I Ever Love You » pour un titre qui frise la country. On parle ici d’amour sans nostalgie.Il poursuit avec « My Oh My », un coup d’œil dans le rétroviseur où les non-dits sont un poison. Pour « Nevermind », il ose un tempo éléctro et des nappes orientales. Il nous surprend, encore. Et la ballade crépusculaire se poursuit ainsi jusqu’au final « You Got Me Singing ».

Musicalement, nous sommes dans du Leonard Cohen by the book. La musique est ici support à la voix sans être minimale. Elle est classique-contemporaine, ni rock, ni pop. Elle est métallique, support au timbre de baryton du monsieur, toujours souligné par les « ouououou » des choristes intacte depuis les années 80.

Léonard Cohen a le blues et c’est tant mieux. La voix rauque et grave nous embarque une fois de plus. Elle n’a plus bougé depuis des décennies, loin de celle qu’il avançait dans « So long Marianne », mais déjà là dans « I’m Your Man ». Cet album ravira les nombreux fans, et sera un nouveau compagnon de nuit, à écouter en boucle.

Paroles : « Almost Like The Blues »

I saw some people starving

There was murder, there was rape
Their villages were burning
They were trying to escape
I couldn’t meet their glances
I was staring at my shoes
It was acid, it was tragic
It was almost like the blues

I have to die a little
Between each murderous thought
And when I’m finished thinking
I have to die a lot
There’s torture and there’s killing
And there’s all my bad reviews
The war, the children missing
Lord, it’s almost like the blues

So I let my heart get frozen
To keep away the rot
My father said I’m chosen
My mother said I’m not
I listened to their story
Of the Gypsies and the Jews
It was good, it wasn’t boring
It was almost like the blues

There is no G-d in Heaven
And there is no Hell below
So says the great professor
Of all there is to know
But I’ve had the invitation
That a sinner can’t refuse
And it’s almost like salvation
It’s almost like the blues

Léonard Cohen, Popular problems, sortie le 22 septembre 2014,  Sony Music

[Critique] « Le Cabaret de l’austérité » au théâtre de la Reine Blanche
« Combat », la famille ecorchée vive de Jacques Descorde
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture