Théâtre
« Combat », la famille ecorchée vive de Jacques Descorde

« Combat », la famille ecorchée vive de Jacques Descorde

18 septembre 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Jacques Descordes met en scène le propre et le figuré du mot « boucherie ». Ce Combat là, écris par Gilles Granouillet nous plonge au delà d’une banlieue achevée, dans une famille prise au tripe de la culpabilité.

[rating=5]

Jean (Jacques Descordes) écris une lettre à sa sœur jamais nommée (Astrid Cathala), il s’assiste de sa femme Gloria (Anne Andreotti) sans grand succès. Il s’agit de fêter la médaille du travail de leur mère que l’on ne verra jamais. Eux deux sont des enfants sans père. Lui est issu d’une liaison avec un inconnu et elle a été adoptée par sa mère seule. Lui, sa femme et sa mère travaillent aux abattoirs, dans ce lieu où « le sang de la bête coule » en eux.

La sœur est belle, si belle, et surtout elle a réussi elle. A quoi ? A partir de ce bouge voyons. Mais ceux qui restent eux,concentrent une violence contenue prête à exploser.Et, elle, va-t-elle si bien que cela ?. La pièce démarre vraiment au retour de l’enfant prodige au village et elle bascule rapidement dans un thriller que l’on avait pas senti arriver, admirablement mené par Erwan Daouphars personnage de liaison entre toutes les scènes qui se déroulent dans des espaces suggérés par des chaises et une table.

La lumière est ici actrice, jouant de néons blafards quand il le faut pour s’effacer dans des noirceurs inquiétantes ensuite.
Combat est une pièce familiale qui avance vers une fin inextricable. Les tensions, les désirs, les rancoeurs, rien n’est à sa place jamais, c’est bien là le sujet de ce spectacle trés bien mené, admirablement joué et au suspens intense.

Infos pratiques

Odéon Théâtre de l’Europe
Les Gémeaux
theatre_du_lucernaire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture