Electro

Odezenne, la poésie électronique qui a retourné l’Elysée Montmartre

Odezenne, la poésie électronique qui a retourné l’Elysée Montmartre

13 avril 2019 | PAR Quentin Lazeyras

De la poésie électronique, des synthétiseurs envoûtants, surplombés d’une dose de cheveux longs, voila la recette magique d’Odezenne pour hypnotiser l’Elysée Montmartre deux jours de suite.

Avant que la salle s’enflamme, c’est Moussa qui se charge, en première partie, de chauffer le public. Son morceau « Cabrioli » (2017), rythmé et entêtant donne le ton de la soirée pour public qui ne sait plus sur quel pied danser. Le jeune homme de 25 ans joue avec les mots et les sentiments.

Guitare à la main, il présente ses derniers morceaux Lou Ferrigno, Les Oiseaux ou Vogue Merry.  Ses ambiances qui alternent entre rap, électro entraînante , et solo de guitare, lancent le tempo d’une soirée riche en sonorité.

 Jacques, Mattia et Alix, aka Odezenne arrivent sur scène et les notes mélancoliques du titre Nucléaire résonne dans la salle. C’est avec l’album « Au Baccara » sorti en octobre 2018 que le groupe fait monter la température de l’Elysée Montmartre. Suivit par les titres Lost, en L, James Blunt et Au baccara le trio surfe sur une vague d’émotion qui emplie la salle grâce à son album dernier album.

Puis, Souffle le vent, langoureux et puissant, ce morceau décoiffe le public qui s’apprête à monter à bord du Cabriolet. Les titres de l’album berlinois « Dolzinger Str.2 » prennent la relève. Caractérisé par un son riche, soutenu par des textes profonds, cet album repousse une fois de plus les limites pour mêler chanson et rap.

Les morceaux Bébé et Pastel dont les clips sortis respectivement en septembre et novembre 2018 viennent marquer le rythme du concert qui prend de plus en plus de puissance. Les retours sur les morceaux Je veux te baiser et la buche sont inévitables et le public entre en trans. La salle ne pourrait se satisfaire et le rappel est indispensable le Le Matin vient clore ce concert parfait.

Retrouvez ce show magistral d’Odezenne sur la chaine YouTube de Arte Concert.

Visuels: Crédit Photo ©Alphonse Terrier – alphonseterrier.com

« Le Voyage de G. Mastorna » : dans la tête de Fellini à la Comédie Française
Trissotin ou les femmes savantes à la Scala, Macha Makeïeff à sa joyeuse subversion.
Quentin Lazeyras

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *