Musique

Main Square Festival : une septième édition de très haut niveau

Main Square Festival : une septième édition de très haut niveau

04 avril 2011 | PAR Mikaël Faujour

Du 1er au 3 juillet, en même temps que se tiendront à Belfort les Eurockéennes, Arras accueillera la septième édition du festival Main Square, cousin du Rock Werchter qui se tiendra simultanément en Belgique. Avec une affiche plantureuse et alléchante, le festival devrait confirmer son grand succès et confirmer qu’il est bien l’un des festivals musicaux majeurs de France.

Une fois de plus, le Main Square Festival frappe très fort, proposant une affiche où voisinent artistes confirmés de premier plan et jeunes loups prometteurs. Parmi les plus gros poissons, Queens of the Stone Age, qui n’a rien sorti de neuf depuis déjà 4 ans (Era Vulgaris) et dont le sixième album doit sortir cette année. Au côté des incontournables « Go With the Flow », « No One Knows », « Feel Good Hit of the Summer » et autres « Burn the Witch», la bande à Josh Homme devrait très sûrement présenter de nouvelles compositions. Il en ira de même d’ailleurs pour Coldplay, dont le nouvel album est également annoncé pour cette année. Après l’immense – et très mérité – succès du très beau Viva la Vida (2008), le quartet anglais sera très attendu au tournant, par les fans comme par ceux qui rêvent de voir s’écrouler ceux qui se sont hissés sur le toit de la pop mondiale.

Les Canadiens d’Arcade Fire présenteront un répertoire enrichi par les morceaux du dernier album en date, The Suburbs, cité dans nombre de palmarès des albums de l’année 2010 (le nôtre inclus, voir chronique ici). Portishead sera un des moments forts du festival. Même si ces géants du trip-hop n’ont rien sorti depuis « Chase the Tear » (chanson inédite pour Amnesty International, parue fin 2009) et qu’aucun album ne soit annoncé, les fans ont encore en tête leur époustouflant dernier album Third (2008).

On oubliera Limp Bizkit, qui n’intéresse vraisemblablement plus grand monde depuis 2003 et les derniers feux du néo-metal, et dont les albums parus depuis lors sont d’un intérêt très limité. Ce sera néanmoins l’occasion pour les trentenaires de retrouver leurs 20 ans sur fond de « Break Stuff », « Nookie » et autres « Rollin’ », tubes bêtes à pleurer mais ô combien efficaces et rodés sur les scènes du monde. Au rayon des survivants de la déferlante néo-metal du tournant des années 2000, Linkin Park sera là aussi, groupe dont le succès n’a quant à lui pas connu de réel reflux. Souvent critiqué, ce groupe très populaire défendra un répertoire de tubes que pourraient lui envier beaucoup de groupes (« Numb », « Crawling », « Breaking the Habit », « What I’ve Done » et tant d’autres) et son surprenant dernier album paru en septembre 2010. A Thousand Suns a marqué un virage – plus électronique – dans l’évolution du sextet californien… et divisé les fans et plus encore les critiques, qui n’ont jamais eu beaucoup de tendresse pour ce groupe.

Beady Eye (c’est-à-dire Oasis moins son âme, Noel Gallagher) jouera son premier album, qui n’a pas soulevé un enthousiasme dingue. Côté rock/pop britannique, les attractions à suivre seront plutôt Kasabian et Kaiser Chiefs. Tous deux doivent sortir également leur quatrième album : probablement joueront-ils eux aussi de nouveaux titres. Fleet Foxes, dont le très, très attendu deuxième album sortira en mai, sera un des concerts à ne pas manquer. Leur pop folk avait époustouflé de classe l’année 2008 (N°1 aux palmarès Billboard, Pitchfork, Mojo…) et le groupe avait d’emblée placé la barre très haut pour son deuxième album, Helplessness Blues, dont un premier titre a été offert en téléchargement en février.

Cold War Kids, The National et surtout PJ Harvey, qui ont sorti un nouvel album au premier trimestre, seront aussi de la partie. Au rayon des artistes moins connus et à ne pas manquer, signalons aussi Charles Bradley, ce soulman dont nous vous avons déjà dit tout le bien qu’il nous inspire, Warpaint, groupe féminin angelino pratiquant un rock arty, classieux et onirique, ou encore les Australiens de Tame Impala, dont le psychédélisme patiné ravive le souvenir de l’acid rock californien de la fin des 60’s, avec ici des réminiscences beatlesiennes, là le souffle des Flaming Lips.

Citons encore The National et Elbow parmi les grands noms, ainsi que les monstres de l’electro britannique The Chemical Brothers et Underworld. Parmi les autres noms connus du public, citons aussi Moby, l’une des têtes d’affiche, Julian Perretta, Jimmy Eat World, I Blame Coco, Yodelice, Selah Sue ou encore Martin Solveig. Les curieux sont vivement invités à aller découvrir The Gaslight Anthem, groupe américain encore méconnu, mais qui ne manque pas de charme.

 

 

Vendredi 1 Juillet

Grande Scène

THE PRETTY RECKLESS (15h00 – 15h50)

THE GASLIGHT ANTHEM (16h15 – 17h10)

SHAKA PONK (17h40 – 18h35)

LIMP BIZKIT (19h10 – 20h10)

QUEENS OF THE STONE AGE (20h45 – 22h00)

LINKIN PARK ( 22h40 – 00h20)

THE CHEMICAL BROTHERS (01h05 – 02h35)

Green Room

WELLING WALRUS (15h30 – 16h00)

WARPAINT (16h25 – 17h15)

JENNY & JOHNNY (17h50 – 18h40)

TAME IMPALA (19h15 – 20h15)

SELAH SUE (20h50 – 21h50)

EELS (22h30 – 23h45)

BEADY EYE (00h25 – 01h25)

MARTIN SOLVEIG (02h15 – 03h15)

 

Samedi 2 Juillet

Grande Scène

TRIGGERFINGER (13h45 – 14h35)

YODELICE (15h05 – 16h05)

WHITE LIES (16h35 – 17h35)

KAISER CHIEFS (18h05 – 19h05)

THE NATIONAL (19h35 – 20h50)

ARCADE FIRE ( 21h30 – 23h00)

MOBY (23h40 – 01h00)

Green Room

MAI (14h15 – 14h45)

EVERYTHING EVERYTHING (15h15 – 16h05)

ALOE BLACC (16h35 – 17h35)

FLEET FOXES (18h05 – 19h05)

JIMMY EAT WORLD (19h35 – 20h35)

TWO DOOR CINEMA CLUB (21h10 – 22h10)

KASABIAN (22h50 – 23h50)

THE SHOES (01h00 – 02h00)


Dimanche 3 Juillet

Grande Scène

RIVAL SONS (13h35 – 14h25)

CHARLES BRADLEY (14h55 – 15h55)

BRUNO MARS (16h25 – 17h25)

ELBOW (18h00 – 19h00)

PJ HARVEY (19h40 – 20h55)

PORTISHEAD ( 21h35 – 22h50)

COLDPLAY (23h30 – 01h00)

Green Room

MANCEAU (14h00 – 14h30)

EVALINE (15h00 – 15h50)

I BLAME COCO (16h25 – 17h15)

PUGGY (17h50 – 18h50)

JULIAN PERRETTA(19h25 – 20h25)

COLD WAR KIDS (21h00 – 22h00)

MAGNETIC MAN (22h35 – 23h35)

UNDERWORLD (00h15 – 01h45)

 

Infos pratiques

Arrabal et sa Monstrueuse théâtrotèque au Théâtre du Rond Point les 4, 5 et 6 avril
Wayne Shorter, Herbie Hancock et Marcus Miller rendent hommage à Miles Davis à l’Olympia le 18 juillet
Mikaël Faujour

One thought on “Main Square Festival : une septième édition de très haut niveau”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *