Musique

Live report : The Wave Pictures au Point Éphémère : du bon rock et de la vivacité captivante (07/03/2012)

Live report : The Wave Pictures au Point Éphémère : du bon rock et de la vivacité captivante (07/03/2012)

09 mars 2012 | PAR Celeste Bronzetti

Une avant-première souriante du nouvel album celle que Wave Pictures a consacré au Point Éphémère mercredi dernier. Long black cars sortira officiellement en avril mais le jeune groupe anglais a décidé de le présenter lors de leur tournée européenne inaugurée justement à Paris.

L’habituelle bonne humeur du trio n’a pas tardé à dégager sa contagion joyeuse sur un public acquis comme d’habitude à ce genre de concert. Après la séance rapide des Dan San qui, d’ailleurs, ont géré bien dignement l’habituelle difficulté de s’exhiber devant un public qui n’est pas là pour les écouter, les Wave Pictures ont débarqué en sautillant sur la scène.
Le nouvel album ne déçoit pas, le style sympathiquement délaissé du concert non plus. L’impeccable performance musicale et le dynamisme prenant des trois Wave Pictures a transformé rapidement l’atmosphère de la petite salle du Point Éphémère en concert rock de considérable niveau, ce qui arrive fréquemment en ces petites occasions live indie rock : le public n’est souvent pas très nombreux mais bien expert, la musique fonctionne et captive encore plus que ce qu’on s’attendait et l’enthousiasme devient bientôt concret et palpable, ce qui aide à enrichir tout succès musical.
Presque totalement renouvelé le répertoire présenté, sauf quelques petites obligations envers un public qui n’aurait jamais accepté de partir sans Just like a drummer, chanson couverture de l’un de derniers albums du groupe. D’ailleurs leur créativité a été très féconde surtout dans les dernières années, si on pense que depuis les 2006 ils ont enregistrer 9 albums. Autre morceau bien sympa, devenu comme Just like a drummer une habitude accordée au publique des derniers concerts, Now you are pregnant, interprété par la voix douce et très solide du batteur; agréable à écouter aussi bien qu’à regarder, dans ses mouvements consciemment gauches et son aisance dissimulée sur la scène.
Soirée chouette sous le signe d’une allégresse tout à fait spontanée : un état des choses habituel au Point Éphémère, où l’atmosphère vaguement underground allait si bien comme décor à la petite troupe des trois « boys next door ».

Visuels : (c) Celeste Bronzetti

Moonrise Kingdom de Wes Anderson en ouverture du festival de Cannes
« Le Paradis des bêtes » : l’instinct paternel (Sortie le 14 mars)
Celeste Bronzetti

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *