Musique
Live Report: Staff Benda Bilili réchauffe les coeurs de l’Olympia le 11/10/2011

Live Report: Staff Benda Bilili réchauffe les coeurs de l’Olympia le 11/10/2011

12 octobre 2011 | PAR Moriane Morellec

L’Olympia affichait complet hier soir pour le concert évènement du groupe atypique Staff Benda Bilili !  Rires, émotions et bonne humeur, le groupe a merveilleusement partagé la musique qui leur est chère !

Accueillis par un déluge d’applaudissements et de cris de joie, le groupe Staff Benda Bilili est entré en scène. Le groupe composé de Léon « Ricky » Likabu, Théo « Coude » Nzonza Nsituvuidi, Kabamba Kabose Kasungo et Zadis Mbulu Nzungu au chant, Coco Yakala Ngambali à la guitare et au chant, Paulin « Cavalier » Kiara-Maigi à la basse et Cubain Kabeya à la batterie a rapidement trouvé ses marques sur une scène encore jamais foulée. Roger Landu, le plus jeune du groupe, a prouvé une grande maîtrise de son instrument, un « satonge » fabriqué avec une boîte de conserve d’où est accroché un fil de fer.

Personne n’y échappe; les premières notes des rythmes congolais sont contagieux et l’audience ne peut contenir l’énergie et l’envie de bouger aux sons des percussions. Les musiciens et chanteurs du groupe font preuve d’une force et d’un énergie extraordinaire, dansant, levant les bras en rythme, malgré les fauteuils roulants et les béquilles. L’un d’entre eux descend même de sa chaise et commence à danser sur le sol, à la force seule des bras ! « Je t’aime », « Polyomiélite », « Monto Moindo » ou encore « Moziki », Staff Benda Bilili interprète avec aisance les titres de son nouvel album, Très Très Fort. De la rumba, de la salsa, du blues, de la soul, de la musique traditionnelle congolaise, les handicaps s’effacent et laissent place à des musiciens et des chanteurs de talent.

Jouant avec des harmonies vocales, laissant la lumière tour à tour sur les voix distinctes de chacun, chacun explorant les intruments en leur possession, Staff Benda Bilili s’est entièrement offert au public de l’Olympia. «Benda Bilili» signifie « regarde au-delà des apparences » et littéralement « mets en valeur ce qui est dans l’ombre », et c’est exactement le message que le groupe est venu faire passer. Malgré les difficultés physiques, le groupe formé dans les rues de Kinsasha, est d’une qualité musicale impeccable, vogue joliment entre les styles musicaux et répand sa belle humeur à chaque passage. Une belle leçon d’humanité.

Visuels : (c) Moriane Morellec

Festival Les Inaccoutumés à La Ménagerie de Verre : de la danse et de l’expérimentation
Devenez un vrai pro du Mojito-Toutelaculture vous offre deux cours !
Moriane Morellec

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *