Musique
[Live-Report] Julien Clerc offre la primeur de son nouveau concert à Fnac Live

[Live-Report] Julien Clerc offre la primeur de son nouveau concert à Fnac Live

07 juillet 2017 | PAR La Rédaction

Par Sarah Dray

Lors de l’ouverture du festival parisien Fnac Live le jeudi 6 juillet, Julien Clerc a donné le premier concert de la tournée célébrant ses 50 ans de carrière. Pour entamer ce jubilé, il a offert au public un florilège de ses plus belles chansons.

Dans une formation intimiste à deux pianos, accompagné par Benjamin Constant, quelques 500 privilégiés ont pu assister à ce concert dans les salons de l’Hotel de Ville de Paris. Ouvrant le concert avec « Fou peut-être », chanson sur sa paternité tardive, l’artiste au sourire charmeur , costume gris et T-Shirt noir, tout en sobriété, a fait le bonheur de ses fans.

Si dans la salle on compte plus de femmes que d’hommes, c’est à toutes les générations, de 7 à 77 ans (et même plus), que s’adresse Julien Clerc.

Femmes je vous aime, Partir, Fais moi une place, Ce n’est rien, Ma préférence ; il n’oublie aucun de ses tubes, tous rassemblés sur l’album « Fans je vous aime » sorti à l’hiver 2016.

Si le concert est gratuit, il a fallu être patient pour les fans pour décrocher un ticket d’entrée, distribué le jour même dans les Fnac de la région parisienne.

Julien Clerc, s’il fête ses 50 ans de chanson, n’en a pas oublié ses premiers amours et son « parrain » comme il l’appelle , Gilbert Bécaud. Il lui rend d’ailleurs un bel hommage en reprenant la chanson C’est en Septembre, qui date de 1978.

Si le public, conquis d’avance, applaudit beaucoup entre les chansons, il reste timidement assis dans la chaleur d’une salle trop grande pour être correctement climatisée. Les plus courageux oseront se lever sur Mélissa, Coeur de Rocker et Laissons entrer le soleil, et même esquisser quelques pas de danse. Mais la fièvre ne gagnera pas la foule pourtant encouragée par l’artiste à entonner des Lalala et à taper des mains.

Et puis, lorsqu’il se met à chanter « Utile », dont le texte est signé par Etienne Roda-Gil, un silence religieux envahit la salle. Comme si les parisiens présents n’avaient pas oublié que le chanteur avait repris ce classique, en octobre dernier, lors d’un hommage national aux victimes de l’attentat de Nice.

Alternant les chansons au piano et a capella, on sent que Julien Clerc est en rodage et que la salle qui résonne, ce qu’il fait lui-même remarquer, lui donne malgré tout le trac. Mais rien ne viendra entacher le spectacle qui, en présence de quelques amis célèbres de l’artiste, est, comme à chaque fois, une réussite.

Pour ceux qui n’auront pas eu la chance de l’applaudir ce soir, Julien Clerc sera en tournée dans toute la France cet hiver, pour finir en apothéose à l’Olympia du 8 au 11 mars 2018.

Vanessa Burggraf quitte « On n’est pas couché »
Antigone, Satoshi Miyagi face au mur au Festival d’Avignon
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *