Musique

Fnac live s’impose comme une référence des festivals d’été

Fnac live s’impose comme une référence des festivals d’été

07 juillet 2019 | PAR Sarah Dray

Comme chaque année depuis 9 ans, le festival Fnac Live a eu lieu sur le parvis de l’hôtel de ville de Paris pendant trois jours du 3 au 5 juillet. Les artistes les plus populaires du moment comme Aya Nakamura, Clara Luciani , Eddy de Pretto ou encore Thérapie Taxi et Flavien Berger s’y sont produit devant une foule enthousiasmée.

Zoom sur le jour 2.

Comme chacune des soirées à Fnac Live, celle-ci débute sur la scène du salon, dans l’hôtel de  ville, pour un public privilégié qui a du aller retirer ses places (limitées) dans les Fnac de la région.

Aujourd’hui, c’est Roni Alter qui ouvre le bal. Cette chanteuse israélienne, vivant à Paris depuis 7 ans, et chantant en anglais a son univers bien à elle (lire notre interview). Très intimiste, et plutôt noir, elle réussit néanmoins à installer une proximité avec le public. C’est surtout grâce à sa voix, complètement envoutante, grave et hypnotique. La chanteuse s’essaye à quelques mots en français entre les chansons, on voit qu’elle n’est pas très à l’aise mais elle apparait très touchante. Son style entre le folk, la pop, avant des accents jazzy charme le public et on comprend rapidement pourquoi l’artiste a été, à l’hiver dernier, nommée comme espoir aux victoires de la musique.

On passe alors à la scène du parvis, (plus ou moins) près de laquelle s’est retrouvé un public très nombreux. Il faut dire que Fnac Live, festival gratuit, est l’occasion parfaite pour les parisiens de commencer l’été en beauté. Mais ce n’est pas la seule raison, le public est venu applaudir la talentueuse Clara Luciani. Forte du succès de son album Sainte Victoire et de sa réédition récente avec des titres inédits, la chanteuse de « la grenade » est dans toutes les têtes depuis plusieurs mois. Clara apparait sur scène, comme à son habitude, en toute simplicité et entourée de ses musiciens qu’elle chérie tout particulièrement. Elle est la plupart du temps, superbement stoïque mais classe. Il lui arrive « d’onduler », comme elle le suggère aussi aux personnes les plus timides de la foule.

Sa voix grave et suave, accompagnée d’une musique pop rock, un peu électronique, rappelant les eighties, enchante le public. Tout le parvis de l’hôtel de ville reprend en cœur ses tubes et l’applaudit dans un entrain non dissimulé. Il est 19h50 quand Clara sort de scène et laisse le public « chaud » pour la suite du spectacle.

Plus tard, sur cette même scène, Flavien Berger et Eddy de Pretto recevront également, un accueil très chaleureux.

On retiendra de ce deuxième jour que le cadre et la notoriété du festival facilitent très certainement une programmation de choix. Chaque année la Fnac obtient de plus en plus de référence de la scène française et fait de son festival un rendez-vous immanquable pour les parisiens et les franciliens. Vivement l’année prochaine !

visuels : ©USofParis

Christoph Müller, directeur du Gstaad Menuhin Festival : « Paris était le centre de la vie musicale au 19ème siècle en Europe et la transmission a développé l’ADN de la musique française »
« A Leaf », Célia Gondol et Nina Santes inventent le concert chorégraphique au Festival d’Avignon
Sarah Dray

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *