Musique
[Live report] ALT-J à la Cigale : une petite heure et puis s’en va

[Live report] ALT-J à la Cigale : une petite heure et puis s’en va

26 février 2013 | PAR Juliette Hebbinckuys

Révélation pop rock de l’année 2012, Alt-J était hier soir à la Cigale pour un nouveau concert parisien, après avoir joué la veille au Trianon et avant une future date à l’Olympia le 2 octobre. L’occasion pour Toute la culture de (re)découvrir ce groupe qui ne cesse d’afficher complet partout où il passe…

C’est une chose de réussir un album, c’en est une autre de l’interpréter en live pour ses fans. Même si le succès du groupe anglais est indéniable, et que leur premier opus est tout à fait réjouissant, autant dire que leur performance n’était pas à la hauteur de nos espérances… Rien de catastrophique, à priori, mais une grande déception face à des titres pourtant prometteurs. Malgré l’interprétation sans fausse note du chanteur Joe Newman et de ses acolytes , le concert peine à décoller et il est clair que le quatuor ne possède aucun talent de « bête de scène » : les quatre musiciens restent bien souvent sagement alignés, et leur interprétation polie ne déchaîne pas les foules. Certains titres restent malgré tout plaisants à écouter : « Dissolve me », « Mathilda » ou encore « Breezeblocks » permettent au groupe de ne pas sombrer totalement dans l’ennui général.

Mais l’engouement est de courte durée : à peine 48 minutes après leur entrée sur scène, le concert se termine déjà ! Après un premier (et normalement unique) rappel qui clôture l’album, les fans essaient désespérément d’applaudir et de crier sans relâche pour les faire revenir. 10 minutes plus tard, les cris enjoués se transforment peu à peu en huées de la part d’un public mécontent. Payer une place de concert d’accord, mais attendre un groupe 2 heures pour qu’il ne joue que 50 petites minutes, c’est quand même un peu fort. Pour éviter l’incident diplomatique, Alt-J reviendra jouer une petite reprise avant de repartir définitivement. Malgré cette grosse déception, on retiendra l’image d’un quatuor sympathique, qui fait son travail mais qui n’est pas non plus transcendant. Espérons pour eux qu’ils arrivent à faire un second album aussi réussi que le premier, qui leur permettrait d’agrandir leur répertoire afin de nous montrer un peu plus qu’un showcase ,et pourquoi pas d’apprendre à se perfectionner sur scène. D’ici la, on leur souhaite bonne chance pour contenter le public à venir…

visuel: (c) Juliette Hebbinckuys

Les sorties cinéma de la semaine du 27 février
Dans tes pas : Guillaume de Fonclare livre un deuxième récit profond
Juliette Hebbinckuys

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *