Musique

[Live-report] : Abraham Inc met Chorus en transes (19/03/2012)

[Live-report] : Abraham Inc met Chorus en transes (19/03/2012)

20 mars 2012 | PAR Yaël Hirsch

Affiche époustouflante ce soir sous l’arche de la Défense : Composé de David Krakauer, Josh Dolgin – alias Socalled -et Fred Wesley (le tromboniste de James Brown), Abraham Inc. avait carte blanche. Le groupe réuni par l’album « Tweet Tweet » en 2008 avait invité Ibrahim Maalouf en première partie. Puis, à leurs côtés, la chanteuse malienne Mamani Keita et le virtuose de l’oud Mehdi Haddab. Une soirée de musique à couper le souffle, où kletzmer, funk, rock, jazz, chant africain et musique orientale n’ont cessé de s’entremêler. Un très grand concert qui prouve que si le  multiculturalisme existe, il doit ressembler à ça.

 

En première partie le trompettiste Ibrahim Maalouf a commencé par des morceaux de son dernier album Diagnostic, sorti à l’automne dernier. Dont les entraînants « Obsession » et « Will soon be a woman », dédié à sa fille et que le public a chantonné. Après un solo de trompette quasi-religieux, le compositeur franco-libanais s’est montré moins convaincant qu’à son habitude (voir notre live-report du concert de la Cigale). Longues sessions de rock-jazz seventies plus bruyantes qu’orchestrées, notes échappées voire fausses, histoire touchante sur la composition du titre « Beyrouth » mais suivie par une interprétation caramel mal épicé de Led Zep’ et un peu de salsa pour finir, on était bien loin de la maîtrise de son très bel album. Heureusement en bis, il a su mener d’une trompette de maître un morceau rock, cornemuse et rythme oriental, qui a fait danser l’assemblée.

 

Après le changement de set, David Kracauer, Socalled et Fred Wesley accompagnés d’un trompettiste, de deux guitaristes, un bassiste, un batteur et le rappeur Raydar Ellis sont entrés sur la scène du magic mirror. En quelques notes ils ont mis la salle en transe. Et ont immédiatement enchaîné sur leur hit « Tweet Tweet » que Wesley a entamé sur le mode berceuse yiddish avant que le groupe ne fasse monter le son. Puis la sublime Mamani Keita à la voix d’une profondeur éblouissante a creusé un coin de paradis du côté de Bamako dans la musique des Abraham Inc. Après 3 chansons, elle est repartie, et Krakauer a annoncé une romance sans parole mais très américaine « Moscowitz ». Puis le deuxième invité du groupe est entré en piste : virtuose irrésistible d’un Oud raccordé au courant, il a impulsé une dynamique rock et un son vraiment oriental dans le concert. Et a commencé par chantonner en arabe une chanson hébraïque connue « David roi d’Israël ».

Le moment de grâce s’est poursuivi dans des métissages et des rythmes endiablés, faisant danser l’ensemble de l’audience. On a cru la fin arrivée quand Krakauer a appelé Ibrahim Maalouf sur scène pour une reprise de « Will soon be a woman » complétement délirante. Mais ce joyeux moment a été suivi d’une petite pause mélancolique : Krakauer seul à la clarinette pour interpréter un air commémorant toutes les victimes de violences dans le monde. Annoncé ainsi, le solo aurait pu paraître prétentieux, mais le souffle majestueux a été à la hauteur de la promesse. Krakauer a transformé son instrument en voix humaine, grimpant d’un « spiritual » grave au plus aigu des cris d’horreur.

Un ange est passé et Socalled est revenu  à la charge avec un beat irrésistible où il a su à fondre le Funk de Wesley et le Kletzmer de Krakauer. Une dernière Waltz, un salut, et Fred Wesley a offert un bis d’adieu funk où Mamani Keita a posé sa voix et qui fera encore résonner la Défense demain matin.

Nous sommes sortis en apesanteur de ce concert exceptionnel, le rythme sous la peau, ayant approché de l’idéal-type du métissage le plus génial et le plus parfait. Et nous nous demandons ce que Chorus va encore bien pouvoir nous réserver comme belles surprises…

Tout le programme de Chorus, ici.

Crédit photoCG92/Jean-Luc Dolmaire

Ma Chambre froide de Joël Pommerat : conte de fées sordide au Théâtre du Nord
Rétromania oblige : soirée culture 90 le 24 mars au bataclan
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “[Live-report] : Abraham Inc met Chorus en transes (19/03/2012)”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *