Musique

Les grandes têtes d’affiche sont aux Francofolies de La Rochelle

26 juin 2010 | PAR Margot Boutges

Comme chaque année, les Francofolies reviennent sur le vieux Port de La Rochelle du 13 au 17 juin. Il s’agit d’un festival incontournable, célébré pour ses programmations très éclectiques. Il attire les plus grands noms de la scène française et fait bien souvent office de catalyseur pour les groupes émergeants. Sitôt le festival international du film achevé, rendez-vous sur les neuf scènes des Franco. Cette année, le programme est, comme à son habitude, très riche. On ne pourra en survoler que les temps forts. Cliquez ici pour découvrir la programmation en détail.

Les plus grandes têtes d’affiches se produisent sur la grande scène de Saint Jean d’Arc niché sur le vieux port, presque les pieds dans l’eau. Quatre ou cinq artistes/groupes sont convoqués chaque soir de la semaine. Mardi, les juvéniles BB Brunes qui entonnait le refrain Dis moi ! se produisent avec Jaques Dutronc (voir notre article) qui n’avait pas chanté à La Rochelle depuis 1993 et le grand ami des franco Jacques Higelin. Mercredi, l’accent parisien de Gaétan Roussel chanteur du groupe Louise attaque (voir notre article) se fait entendre en solo avant de laisser place à un autre accent : québécois, avec la voix cristalline de Cœur de pirate (voir notre article). La soirée s’achèvera en apothéose avec l’intervention du roi des ombres M. Jeudi, Féfé l’ancien leader du groupe de rap Saïan Supa Crew livre son son ensoleillé de notes de reggae. Woy woy woy woy ! Les Cow boys fringants prendront la suite et feront leur show, en balançant leur son rock et country et leurs texte engagés. Un florilège d’instruments, un univers loufoque pour un groupe québécois déjà culte. ça va pêter ! La soirée s’achèvera sur le couronnement d’Alain Souchon… qui emporte Laurent Voulzy dans ses bagages. Vendredi, Charlotte Gainsbourg vient pour la première fois aux Francofolies. Elle livre les titres de son dernier opus : IRM. Elle poursuit sa tournée mondiale, malgré sa timidité apparente qui handicape ses prestations scéniques. Elle ouvre la voix à Phoenix, groupe pop rock phénomène versaillais qui a conquis le monde avec des titres comme Liszstomania. A eux tous seuls, ils font démentir la phrase sarcastique de John Lenon : « le rock français, c’est un peu comme le vin anglais ». Samedi, Diams et Gad Elmaleh font leur show et clôture la semaine de festivités. Gad est un musicien accompli et intègre ce talent à ses spectacles humoristiques.

Debout : 37 euros. Assis : 32 euros.

Sur la scène « Not the franco », en partenariat avec les Inrocks, vous pourrez écouter entre autres le trio atypique et cosmopolite de Puggy (voir notre article). Un anglais, un suédois et un français nous emmènent au delà des genres sur des rythmes entrainants. Gush explore un son anglais sixties. Les nantais consacrés de Pony pony run run auteurs du tube Hey you ! transforment le vieux port en dancefloor avec leurs sons electro. La chanteuse Hindi Zahra, toute en vibrations orientales joue sur les cordes et sur cordes vocales harmonieuses pour retranscrire la nostalgie de son pays natal. General elektriks (voir notre article) mené par l’enfant prodige Hervé Salters balance ses rythmes électro et ses sifflements dans Raid the radio. Ses performances scéniques sont aussi électriques que ses compositions. Le groupe Revolver (voir notre article) nous livre sa « pop de chambre » portée par quatre voix graves. Nourris aux Beatles, ils ré explorent la pop à l’ancienne. La protégée canadienne de M, Ariane Moffatt sera aussi présente.

Debout : 15 euros.

Le théâtre de la Coursive offre une ambiance plus intimiste. L’idéal pour accueillir Vanessa Paradis qui revient sur l’ensemble de sa carrière musicale de Joe le taxi à Divine idylle. Sa voix féline nous emporte une fois de plus. Tout comme le swing et la voix chatoyante de Tété. Le trio de Diving with Andy, entre Londres et Paris s’incarne dans la voix sensuelle, tendance film noir de la chanteuse Juliette, interprète de Sugar sugar. Découvrez aussi le son d’Hocus pocus (voir notre article) groupe entre hip-hop, soul et jazz qui a carte blanche pour entrainer la foule.

Assis : 25 euros.

Le théâtre Verdière reçoit entre autres JP Nattaf (voir notre article) l’ex chanteur des Innocents. Il entonne des texte métaphoriques portés par un son de guitare folk. Une réussite.

Assis : 7 euros.

Le Diane’s au Casino barrière nous propose la programmation la plus déjantée des Franco. Les fans seront ravis d’assister au concert de Didier Super, personnage irrévérencieux, qui n’a aucun sens du politiquement correct et qui est allergique au bon goût. Et qui chante mal ! Marre des pauvres, Petit caniche peluche pour vieux ou Ben t’es con, les titres de son album Vaut mieux en rire que s’en foutre parlent tous seuls. Écoutez aussi de l’electro punk scandaleux avec Sexy Sushi (voir notre article), un groupe trash auteur de titres tels que T’enflamme pas pétasse. Leurs prestations scéniques plus que chaleureuses transforment les scènes en joyeux bordel.

Debout : 13 euros.

La scène de l’horloge nous présente des groupes émergeant qui feront bientôt parler d’eux. Plusieurs groupes se produisent gratuitement. Venez écouter le slam rock et électro des jumeaux de Twin twin (voir notre article) et le son pop folk des Yules (voir notre article), encore deux frangins !

Bon festival !

Toutes les infos sur le site des Francofolies

Le musée du Luxembourg rouvrira ses portes
Leonard Lasry en concert au Pavé d’Orsay le 24 juin
Margot Boutges

One thought on “Les grandes têtes d’affiche sont aux Francofolies de La Rochelle”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *