Musique

La sélection des disques POP-ROCK-INDÉ-ELECTRO-RAP d’octobre 2019

La sélection des disques POP-ROCK-INDÉ-ELECTRO-RAP d’octobre 2019

01 novembre 2019 | PAR La Rédaction

La rédaction reprend la bonne habitude de vous livrer ses pépites mensuelles. En émulation et en complicité avec la rubrique « classique et lyrique » les rédacteurs pop-rock-electro et rap vous racontent les disques qu’ils ont écoutés en octobre. A vos playlists et à vos casques… 

Marlène Rodriguez – Histoire de C

En concert lors du Mama Festival, Marlène Rodriguez, 32 ans, auteure- compositrice et interprète, a sorti ce 25 octobre un album riche de vie, de jeunesse et de confessions, Histoire de C. « Parce que tout commence souvent par une Histoire de Cœur ». Objet délicat, l’album a déjà touché son public avec plus de 16 000 vues pour le joli clip fleuri, Comment. Une artiste à retrouver dans notre interview. Kevin Sonsa-Kini

Kanye WestJesus is King – GOOD Music, Def Jam

« He has opened up my vision / Giving me a revelation / This ain’t ’bout a damn religion / Jesus brought a revolution / All the captives are forgiven / Time to break down all the prisons / Every man, every woman / There is freedom from addiction / Jesus, You have my soul » (God is).

Provocation de plus ou véritable conversion ? Peu importe, sous sa couverture minimaliste où le bleu de la Vierge rencontre le microsillon et ses happenings maximalistes (prêches de l’artiste toute cette dernière année avec ses Sunday Services Choir, mise en scène de la sortie de Jesus is King autour d’une oeuvre de James Turrel en Arizona, puis d’un film et d’une performance Closed On Sunday dans une gare au cœur de Manhattan) le 9e album de l’artiste de 42 ans fait un pont extraordinaire entre le blues et le rap. Un cycle spirituel cohérent et puissant, où le narratif habité, les chants des oiseaux (God is), la trompette jazzy (Use this Gospel) et les voix des louanges se relaient et se renforcent pour atteindre qu’on soit croyant ou pas, tout simplement, la grâce. Comme le Stabat mater de Pergolèse ou le Love Supreme de Coltrane, les 11 tracks de Jesus is King sont une petite cathédrale qui mêle citations des évangiles et quotidien d’un humain certes peut-être particulièrement doué… Yaël Hirsch

Rose – Kérosène- Jo&Co

Rose, c’est cette jeune fille en chemise à carreau qui chantait La Liste en 2006. C’est bon ? Vous resituez ? 4 albums plus tard, on la retrouve avec le projet Kérosène, sorti le 22 septembre, un livre pour un album, 13 chapitres pour 13 chansons. Elle y raconte, toujours avec beaucoup de talent pour le choix des mots qu’elle fait rimer, son parcours et ses addictions dont elle s’est soignée depuis. Nous, on aime particulièrement les mélodies composées au piano, l’émotion sincère derrière les paroles et on garde en tête Larmes à Paillettes, le titre qui a envahi les ondes cet été. Sarah Dray

Vald- Ce monde est cruel– Capitol Universal
Ce 11 octobre, Vald a sorti son 3ème album, Ce monde est cruel (CMEC). Il succède à Agartha, sorti en janvier 2017 et XEU, sorti en janvier 2018. On sent que Vald a pris en maturité et apporte des réponses aux questions qu’il se posait dans ses albums précédents. Réponses qui, pour la plupart, sont pessimistes. Mention spéciale à Pensionman qui est tout simplement incroyable. Vald est le super héros qui distribue les salaires aux femmes qui ne veulent pas travailler en les inséminant. Ce morceau est totalement dans la lignée absurde de certains des sons de Vald, mais c’est l’un de ses plus réussis. « Bitch, pas besoin de taffer, suffit d’me faire cracher, élever mes portraits crachés, la juge me fera cracher » est un bon résumé du morceau et restera comme l’une des phrases cultes de V.A.L.D ». Lire notre chronique. André Barillé.

 

 

Lomepal – Amina 

Le 25 octobre sortait Amina, la réédition du second album de Lomepal Jeanine. Dans la continuité, le titre est un nouveau clin d’œil à sa grand-mère qui a décidé de se faire appeler Amina dans une seconde période de sa vie. On découvre 5 nouveaux titres, une maquette, et des lives acoustiques qui viennent accompagner les morceaux qu’on a fredonnés tout l’hiver dernier. Depuis quelques années, Lomepal nous donne envie de mettre tous nos sentiments sur la table, de vivre sans limites et de ressentir toutes nos émotions démesurément : se perdre dans les bras d’un ancien amant en écoutant Regarde-moi, dans nos doutes et nos regrets avec Flash…. Chaque morceau amène un rythme distinct, et des sentiments en pagaille. Après tout, c’est ce qui fait la vie ! À écouter sans modération. Anne-Sophie Bertrand

 

Alex Beaupain – Pas plus le jour que la nuit. Polydor.

Pour son 6ème album studio, Pas plus le jour que la nuit, Alex Beaupain a choisi de faire appel à de nouveaux talents, à savoir les deux producteurs électro-pop Sage et Superpoze. Pour celui qui n’hésite pas à répéter qu’ «  avec l’âge, c’est de plus en plus difficile d’écrire de belles chansons », le changement lui réussit. Des titres comme Cours camarade (sur les désillusions politiques de la génération 68), Orlando (sur le massacre du même nom) et Sirènes (métaphore pour évoquer les attentats) sont particulièrement réussis. Alex Beaupain n’abandonne toutefois pas le registre plus romantique qui a fait son succès, comme dans le titre Tout le contraire de toi. Reste à voir ce que cela donnera sur scène. Réponse le 20 novembre prochain, à l’Olympia. Jean-Emmanuel P.

 
 
 
visuel : Kanye West, couverture l’album
 
 
 
 
Agenda des vernissages du 31 octobre
L’agenda du week-end du 1 novembre 2019
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *