Musique
« La Fuite en Avant », promenade musicale de Debout Sur le Zinc

« La Fuite en Avant », promenade musicale de Debout Sur le Zinc

28 septembre 2011 | PAR Moriane Morellec

La Fuite en avant, sixième album du groupe français Debout sur le Zinc, produit par Jean-Louis Piérot, est à l’effigie du groupe : éclectique, énoncé, poétique et musicalement entraînant. La jolie surprise au sein du paysage musical français sera dans les bacs le 3 octobre 2011.

Debout sur le Zinc, crée en 1995, est le fruit d’une fusion de musiciens d’inspiration rock d’un côté, et de folk irlandaise de l’autre. Les influences sont multiples et naviguent entre le rock, le flamenco et les sonorités orientales. La Fuite en avant, sixième album de Debout sur le Zinc résonne comme une promenade, où l’oreille se balade au fil des mots, où les sens s’égarent aux creux des lettres. Réalisé par Jean-Louis Piérot (Miossec, Etienne Daho, Alain Bashung, Tété…), La Fuite en Avant est un véritable appel au départ et un délice pour l’imagination.

« La Fuite en Avant » est le premier titre de l’album du même nom. Lettre ouverte à l’ennui, à la routine et à la trivialité, le titre aborde la répétition quelquefois palpable du quotidien. Direction « Sur le Fil », premier single extrait de l’album à la mélodie plutôt catchy même si on sent une ressemblance avec le « Tout le Bonheur du Monde » de Sinsemilia. « Sur le Fil » est une sorte de reflexion sur la vie « Car on vit comme l’on marche sur un fil […] Oui nous sommes une espèce fragile, une poussière infime et nos rêves se sont envolés » où les rythmiques au banjo parsèment ce quotidien.

Les  influences musicales du groupe se ressentent au fil des titres et emmènent sur de nouvelles pistes. Le côté presque flamenco d’ « Oublie-moi » et son « Rien à foutre du monde »; l’intro au ukulélé du titre « Le Cran » ou l’utilisation du melodica dans la balade aux sonorités orientales « Belle parmi les Belles », prouvent l’étendue musicale de Debout Sur le Zinc. La Fuite en Avant semble cependant porter une attention particulière à chacun des textes, où les mots se faufilent, s’enfilent, se défilent parfois pour former une belle toile de sens.

Debout Sur le Zinc n’oublie jamais ses amours premières avec des titres très rock comme « Avance sans moi » ou « La vie à deux », où les échappées à la guitare électrique complètent le cheminement, plutôt ‘world‘ jusque-là. « L’équilibriste » illustre amplement le thème de l’album, où errer, fuire et rester en équilibre semble être la seule solution au côté étouffant du quotidien. La particularité du titre « Indécis » est la place donnée à la clarinette, où la mélodie aérée porte allègrement le refrain chantant « Je sais ce que je ne veux pas, mais je ne sais pas ce que je veux ». Sorte d’ode à l’indécision, le titre questionne les choix de chacun. « J’ai déjà donné », balade émouvante met en exergue les tentatives essoufflées de conserver le couple.

La chanson qui clôt l’album, intitulée « Plan Plan » sonne comme un aboutissement à cette fuite en avant, « trop emportée par la vie, trop macérée par le vent » où la résignation remplace les envies de départ et le ‘ici et maintenant’ devient agréable. En attendant les prochaines escapades …

Debout sur le Zinc sera le 28 janvier sur la scène du Zénith. En avant !

Visuels: (c) Laurence Fragnol

EX.E.R.CE: un festival de danse et de performance met en avant de jeunes artistes
Artistes chinois à Paris… et au musée Cernuschi
Moriane Morellec

One thought on “« La Fuite en Avant », promenade musicale de Debout Sur le Zinc”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *