Musique
Justice porte brillamment sa croix

Justice porte brillamment sa croix

25 juillet 2011 | PAR Morgane Giuliani

Le duo français de rock électro dévoile au compte-goutte son nouvel album, encore non-nommé, accordant des écoutes exclusives à quelques privilégiés. Les avis commencent à tomber : le nouveau Justice sera composite, ou ne sera pas. Avec brio, qui plus est.

Ils vous ont fait danser jusqu’au bout de la nuit avec leur tube planétaire « D.A.N.C.E. » en 2007, puis se sont imposés comme dignes successeurs de Daft Punk avec leur brillant deuxième album « † ». Depuis, les deux jeunes gens, Xavier de Rosnay et Gaspard Augé, n’ont pourtant pas chômé. Entre deux remix, dont celui de « Electric Feel » de MGMT pour lequel ils ont reçu le Grammy Awards du Meilleur Remix en 2009, le premier a réalisé un film, « Mr Oizo », dont la bande-originale a été composée par le second. Ils se sont également essayés avec succès à la production, notamment Xavier pour le premier album du duo électro-rock Jamaica, formation issue du split de Poney Poney.

En mars dernier, la Toile s’enflamme pour le nouveau single du duo : « Civilization ». Samples toujours aussi efficaces, paroles extatiques et hypnotiques (The beating of a million drums/The fire of a million guns/The mother of a million sons/Civilization) (La pulsation de millions de batteries/Le feu de millions de flingues/La mère de millions de fils/La civilisation), rythme déstructuré entre des couplets acides et un refrain plus accessible, « Civilization » est un tube dance-électro-rock imparable. Prenant à nouveau le symbole de la croix pour illustrer la pochette du single, Justice marque la continuité avec le visuel de son précédent album, se présentant toujours sur son Myspace comme un groupe de musique « chrétienne/club ». Il est vrai qu’à leur écoute, une certaine torpeur mystique peut facilement s’emparer de l’âme des plus fervents adeptes de musique électro.

Fin mai, le clip du titre est dévoilé : apocalyptique, on y voit de nombreux monuments symboliques célèbres comme le Christ de Rio de Janeiro, mais aussi des statues de mythologie grecque, tandis qu’un troupeau de bisons fuit une menace étrange, signe de fin du monde.

Peu de temps après, le duo annonce la tracklist complète, énigmatique :

01 Horsepower
02 Civilization
03 Ohio
04 Canon (Interlude)
05 Canon
06 On’n’on
07 Brianvision
08 Parade
09 Newlands
10 Helix
11 Audio, Disco, Video

Des premiers échos que l’on a pu avoir, notamment de la part du blogueur musique Emmanuel Marolle officiant pour le Parisien, le nouvel album n’est « Ni électro, ni rock, ni métal, ni disco, ni funk, ni kitsch, ni branché. Mais tout cela à la fois. », ajoutant par la suite : « Justice ne s’installe pas dans le confort de morceaux prévisibles. Comme il le faisait sur scène, le groupe aime faire monter la pression, l’ambiance, avant de changer radicalement de cap, notamment sur le fantastique « New Lands ». Le journaliste propose donc une critique très enthousiaste de l’album, concluant par :  « En découvrant ce nouveau disque, je repensais aux différents reportages faits avec le groupe, aux discussions sur sa façon d’aborder la musique de manière totalement décomplexée, où l’on peut parler de Georgio Moroder, Supertramp, Metallica et Timbaland en quelques minutes. Il y a tout cela dans ce nouvel album, où Justice est Justice, loin des références évidentes de son premier disque ».

Aussi, on trépigne à l’idée d’entendre enfin la nouvelle galette de Justice, semblant porter fièrement l’étendard « electro French touch » que le monde nous envie. Reste encore à patienter jusqu’au 24 octobre. Amen.

Lady Gaga et Cher : un duo pour deux divas
Les filles assurent dans les Anges du Pêché au théâtre Alizée
Morgane Giuliani

2 thoughts on “Justice porte brillamment sa croix”

Commentaire(s)

  • Mat

    Bonjour, je voudrais corriger quelque erreur:

    -L’album a un nom « Audio, Video, Disco. » (ne pas oublier le point^^)

    -le film auquel Gaspard augé a participer c’est « Rubber » et non pas « Mr Oizo » Mr Oizo c’est le nom de scene de Quentin dupieux, le realisateur de « Rubber », Gaspard a tourné une scene dans ce film et a ecrit la B.O du film c’est tout.

    Jamaica ex poney poney, c’est juste un changement de nom, il y a pas eu de « split »

    octobre 11, 2011 at 20 h 42 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *