Musique

John Grant au Café de la Danse le 1er avril

22 février 2011 | PAR Mikaël Faujour

 

Au printemps 2010, John Grant, ex-leader des Czars, sortait son premier album solo, l’intimiste Queen of Denmark, bijou de pop folk douce-amère, tendre, mélancolique ou enjouée. Il viendra présenter cet album au Café de la Danse le 1er avril.

Une bonne partie de la critique ne s’y est pas trompée : Music Story (4/5), Télérama (4/4), par exemple, ou encore Mojo, qui n’a pas hésité à qualifier instantanément le disque de chef d’œuvre, ce qui n’était arrivé qu’à deux reprises (pour les Fleet Foxes en 2008 et Joanna Newsom plus tôt en 2010).

De quoi s’agit-il ? D’un splendide recueil de chansons aux merveilleux arrangements de cordes qui valent bien ceux des Tindersticks, marqué par l’active participation des Texans de Midlake – eux-mêmes responsables d’un splendide album, The Courage of Others (cf. notre rétro de l’année 2010).

La capiteuse mélancolie des premiers morceaux, « TC and Honeybear » et « I Wanna Go to Marz » (où comment émouvoir en chantant… une énumération de bonbecs, en quelque sorte son « Mistral Gagnant » à lui), pourrait tromper, car l’album dans son ensemble n’est aucunement neurasthénique. Tantôt plus abattu et tantôt plus enjoué (« Chicken Bones » a des airs d’Elton John), John Grant montre comment transformer la boue d’une dépression post-rupture amoureuse en bijou de pop rétro, rappelant parfois America (en mieux), The Carpenters… voire son contemporain Rufus Wainwright.

Confessions tragicomiques, les paroles narrent des tranches de vie autobiographiques donnant une idée de ce qu’être gay dans le Midwest (Grant vient de Denver) signifie. C’est tendre, digne, illuminé d’autodérision, d’une beauté et d’une délicatesse de chaque instant, sans grandiloquence et sans pathos.

Le passage au Café de la Danse le 1er avril est donc très attendu.

 

 

Infos pratiques

Coffret Krzysztof Kieslowski, du documentaire à la fiction
Timon d’Athènes, un choc théâtral immanquable à la Maison des Métallos
Mikaël Faujour

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *