Jazz

Susanna BARTILLA Quartet featuring Alain JEAN MARIE

Susanna BARTILLA Quartet featuring Alain JEAN MARIE

05 mai 2011 | PAR Pascal

La chanteuse de jazz n’a pas – et , devrait-on dire, jamais – le choix. Elle se doit au swing, à moins de s’appeler Meredith Monk (aucun rapport avec le pianiste) et ouvrir des voix classiques donc contemporaines. Suzanna Bartilla donne dans le swing des grands standards de jazz, autant dire qu’il faut s’y atteler, en tant que chanteuse avec ardeur, autant de précision technique que d’improvisation, de choix esthétique donc de personnalité. Quoi de plus dur ? Pour rendre hommage à la grande Peggy Lee, Susanna chante les plus beaux standards de tous les temps : ceux qui, en quelques mesures, racontent avec les mots justes les vraies histoires de la vie. Démonstration ? Vendredi 6 mai au soir au Sunset, la cave des grands crus… du jazz.

La chanteuse « attrape » sa voix comme un oiseau attrape sa proie en plein vol, plane puis pique sur l’objectif, domine le sujet, se pose, le déguste. Souvent, le vocabulaire jazzistique qui se construit avec les expressions, les impressions critiques et les évolutions entre deux thèmes du répertoire – encore nommé le real book – cherche son dictionnaire, son encyclopédie. Mais, s’il a ceci de commun avec la naissance des critiques d’art du XIXème siècle qui définissaient et thématisaient les œuvres des salons divers, l’improvisation et l’ouverture des partitions et des « chords » (accords) des grilles font que chacun cherche et bonifie son style, puis s’en éloigne happé par une autre rencontre, un chemin toujours courbe. Suzanna Bartilla, pour avoir été dans le domaine éditorial du jazz, de l’autre côté de la scène le sait parfaitement, pour l’avoir étudié, rencontré et proposé. Petite-fille de tzigane, elle est très tôt initiée au jazz par son père saxophoniste et crooner qui l’emmène tous les dimanches dans les matinées des nombreuses boîtes de jazz de Berlin tandis que Ella Fitzgerald, Frank Sinatra et Sarah Vaughan tournent en boucle à la maison.  Arrivée à Paris à l’âge de 17 ans pour étudier le français à la Sorbonne, Susanna poursuit en parallèle de solides études de chant lyrique au conservatoire et auprès de la soprano Yva Barthélemy pour parfaire sa technique vocale. Pendant 10 ans, elle chantera la voix de contralto dans un ensemble de polyphonie baroque avec lequel elle fait l’expérience de la scène, enregistre plusieurs CD et part régulièrement en tournée. Sa voix tout en chaleur, charnelle et délivrée avec une netteté sans faille, un vibrato subtil et élégant déliera sur les magnifiques couleurs de Peggy Lee accompagné par l’exceptionnel Alain Jean-Marie au piano, qui est l’un des plus majestueux pianistes actuels. L’absence de batterie offrira un espace large aux instrumentistes qui auront la joie d’habiller leur chanteuse au plus près donnant l’impression de ces scènes intimistes des films d’Humphrey Bogart, Gene Tierney ou Miss Roger Rabbit.

Vendredi 6 mai à 22h00 – entrée 20€

 

« Hommage à Peggy LEE »
Susanna Bartilla – vocal ; Alain Jean Marie – piano ; Sean Gourley – guitare ; Dominique Lemerle – basse

 

 

Infos pratiques

La communauté internationale reste sans nouvelle du plasticien Ai Weiwei
La femme comme champs de bataille : deux femmes et la guerre
Pascal

2 thoughts on “Susanna BARTILLA Quartet featuring Alain JEAN MARIE”

Commentaire(s)

  • bonsoir à celui qui a écrit sur Susanna Bartilla que j’ai découvert hier soir, grâce à mon cousin,

    je partage votre commentaire, grande dame avec une voix chaleureuse…

    si vous ne faites rien mercredi 18 mai, passez un moment :
    Point Zéro, 9 rue Paul Lelong 75002 métro Bourse

    découvrir un ptit jeune : Janga vocal accompagné de :
    Damien Sarret guitare et Louise Leverd violoncelle

    bon dimanche à vous !!
    Janine H

    mai 7, 2011 at 19 h 45 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *