Musique

Gaël Faye, mixer culturel

28 février 2013 | PAR La Rédaction

Découvert lors du Printemps de Bourges 2011 au sein du groupe Milk Coffee & Sugar, l’artiste franco-burundais livre son premier album solo et partage une musique à l’image de son histoire métissée.

On connaissait la Françafrique, mais pour ce natif du Burundi qui a fui la guerre à 13 ans, c’est l’A-France. Un regard sur son déracinement soudain, de la nature au bitume de Paname. 2 mondes. Entre un père “croissant au beurre” et une mère “pili pili”, le piment local, Gaël Faye nous livre les arômes, parfois amers, des fruits de ses réflexions sur le monde qui l’entoure. L’ex-employé d’un Hedge Fund à la City se décrit comme un “virevolteur de mots plein d’amertume” qui souhaite que les cultures s’imbriquent plutôt qu’elles ne s’excluent dans la bêtise.

L’album, produit par la fameuse Motown, accueille Ben l’oncle Soul et Bonga qui couplent leurs voix au flow affuté et rimes percutantes de Gaël Faye. Ce dernier, tel un cuisinier variant les saveurs, use également de phases poétiques pour adapter son style au message. Entre rap et slam, il est accompagné d’un arsenal instrumental pour retranscrire les nombreuses influences qui l’ont modelé, dont il mijote la cohérence. Sa prose imagée et lucide, portée par un puissant souffle mêlant groove anglo-saxon et racines africaines, est le support d’un album aux allures d’autobiographie.

 

 

Idir Benard

Whistling Psyche au TGP
Les 10 soirées du week- end du 28 février
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *