Musique

Frida Hyvönen, une artiste légère et élégante

09 avril 2009 | PAR Martial

fridahyvonenLégère et élégante : voici ce que l’on pourrait penser, du moins au premier abord, de Frida Hyvönen.

Avant d’être une chanteuse talentueuse, Frida est avant tout une songwriter étonnante et inspirée : toutes ses compositions tournent autour d’une écriture à laquelle la pianiste accorde une place prédominante dans son oeuvre, à laquelle s’ajoutent des mélodies ayant toujours pour but de relever sa plume. Tantôt au piano, tantôt à l’orgue, Frida nous démontre également qu’elle sait être inventive de ce côté ci, voir même surprenante ; elle cherche à nous emmener aussi loin que possible, souvent par le moyen de petites mélodies entêtantes qu’on peine à oublier.

Possédant un univers très piano-bar, très pop, très New-York, la chanteuse blonde du nord laisse une impression grave et triste, même si sa voix douce, presque cristalline, suggère le contraire, à l’image d’une légère détresse. Autre détail, son label est le même que celui qui a lancé Anthony & the Johnsons, et l’on pourrait trouver quelques petites similitudes entre les deux artistes.

Encore peu connu en France, son premier album, Until Death Comes, est sorti en 2005, et son premier single, I Drive My Friend, a atteint la première place des charts en Suède en quelques semaines seulement. Son second album, Silence is Wild, sorti en 2007, fut enregistré avec l’aide de deux nouveaux instruments, à savoir une basse et une batterie, permettant de varier plus sensiblement ses compositions, et donner plus d’ampleur à son style, mais aussi plus d’audace. Plus abouti, cet album séduit notamment par les titres  »London ! »,  »Highway 2 U »,  »Pony », ou encore  »Dirty Dancing » (dans lequel se glissent des références au film culte). Par ailleurs, Frida Hyvönen a beaucoup étonné et séduit en reprenant le titre  »Everybody Hurts » de R.E.M, en l’incorporant avec succès à son univers.

Vous aurez le plaisir de la voir jouer sur la scène du Printemps de Bourges le 23 avril, et à l’occasion du festival Les Femmes s’en Mêlent, le 27 avril au Théâtre Marigny à Paris. (Pour lire notre article sur le Printemps de Bourges, cliquez ici).

Et pour mieux découvrir cette artiste, voici une vidéo du titre  »I Drive My Friend »:

Frida Hyvönen, Until Death Comes, Secretly Canadian, 23 octobre 2006

A noter : le 25 avril : un livre, une rose… et la revue XXI !
Le Président a ses Limites
Martial

One thought on “Frida Hyvönen, une artiste légère et élégante”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *