Musique

Festival Europavox : un programme de choix

24 mars 2010 | PAR Mikaël Faujour

Pour sa cinquième édition, le festival de Clermont-Ferrand accueillera du 20 au 23 mai des groupes venus de toute l’Europe. De nombreux artistes seront à découvrir, tandis que quelques artistes devraient faire double office de têtes d’affiche et de rabatteurs pour les moins connus.

C’est une programmation très pléthorique que propose cette année encore le festival Europavox, dont le but est de réunir des talents venus de l’Europe entière. Ce sont, cette année, rien moins que 238 groupes et 32 nationalités qui seront représentés pour un total de 60 concerts.

Le choix pertinent de quelques têtes d’affiche alléchantes devrait amener le public vers les inconnus présentés comme les espoirs de la scène européenne. Le vendredi 21 mai, deux concerts-phares auront lieu. Le premier, à la Coopérative de Mai, verra se succéder Gaëtan Roussel puis Rachid Taha ft. Mick Jones. Le leader de Louise Attaque, qui vient de se lancer dans une carrière solo, viendra présenter son très beau premier album, Ginger, paru début mars. Quant à Rachid Taha et Mick Jones (ex-Clash), qui seront présents également au festival briochin Art Rock, leur excitante collaboration « fusion world » devrait enchanter le public.

Le même soir, ce sont les Nantais de Hocus Pocus, tenants d’un hip-hop ancré dans le rap jazzy de A Tribe Called Quest et autres De La Soul, qui se produiront sur la scène Magic Mirrors.

Les deux autres concerts-phares du festival auront lieu le dimanche. Peter Doherty devrait faire salle comble sans trop de difficulté. Avec un répertoire incluant album solo (Grace/Wastelands paru en mars 2009), ainsi que les tubes des Libertines voire des Babyshambles, ce grand artiste – qui sera également présent au festival Art Rock – a les cartes en main pour ravir son public… s’il n’est pas rattrapé par sa tendance à se gâcher. Parallèlement, c’est Arno qui se produira sur scène (Magic Mirrors). Ce sera sûrement l’occasion de jouer plusieurs chansons issues du dernier album, Brussld, paru en mars chez Naïve.

Infos pratiques

Hors-Série de Technikart tout en B.D.
Stéphane Guillon sacrifié sur l’autel du politiquement correct ?
Mikaël Faujour

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *